Actualités

Photo

Explorer le territoire: environnement et processus de paix

25 mai 2015

Hédia Sammari étudiante au doctorat en sciences géomatiques, Samuel Gagnon, étudiante à la maîtrise en géographie physique et Moussa Bienvenu Haba, étudiant au doctorat en droit international pénal présentent leurs projets de recherche. Ils souhaitent prévenir les catastrophes naturelles ou d'autres problèmes grâce à un logiciel de géographie, ils tenteront de mesurer la quantité de gaz à effets de serre libérée par la fonte du pergélisol en Arctique et établiront le rôle des tribunaux pénaux internationaux dans le processus de consolidation de la paix.

À travers le concours interfacultaire de vulgarisation de la Chaire publique AELIÉS, les chercheurs et les créateurs de l’Université Laval communiquent leur passion en présentant le fruit de leurs recherches. Une occasion de première main d’en apprendre davantage sur les avancées actuelles du monde de la recherche scientifique.

Visionnez la vidéo Explorer le territoire: environnement et processus de paix - Cogito épisode 6.

Photo

La recherche scientifique pour améliorer l’attractivité touristique de Québec et Charlevoix

22 mai 2015

L’Université Laval met son savoir et ses outils scientifiques au service de l’industrie touristique et lance la Chaire de recherche en partenariat sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix). En croissance phénoménale depuis plus de 60 ans, l’industrie touristique doit constamment se renouveler pour attirer les touristes étrangers, sollicités de toute part. En développant une expertise sur l’attractivité des territoires, l’innovation touristique et l’intelligence de marché, la nouvelle chaire de l’Université Laval offrira un soutien de premier plan aux acteurs de la scène touristique régionale.

En ayant accès à une panoplie de données sur la clientèle et à des outils de géomarketing de haut calibre, les chercheurs associés à la chaire développeront des solutions novatrices pour faire rayonner Québec et Charlevoix. « Nous travaillerons en étroite collaboration avec plusieurs partenaires publics et privés, en favorisant le transfert de connaissances dans les organisations », a mis en relief le titulaire de la chaire et professeur à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique de l’Université Laval, Laurent Bourdeau.

En plus des locaux à l’Université Laval, la chaire sera également enracinée dans le territoire charlevoisien. Un secrétariat verra le jour aux Éboulements, secteur Saint-Joseph-de-la-Rive pour effectuer des travaux de recherche, diffuser l’information aux partenaires locaux et favoriser l’essor économique de Charlevoix.

Les travaux de la chaire de recherche consacrée au tourisme visent à aider les organismes partenaires à commercialiser de nouveaux produits touristiques et à perfectionner leurs modèles d’affaires. « L’Université Laval a toujours été fière d’entretenir des liens étroits avec la région de Charlevoix. Cette nouvelle chaire de recherche fera de l’université un chef de file en matière de recherche et formation en tourisme, tout en stimulant le développement touristique de Charlevoix », a déclaré le recteur de l’Université Laval, Denis Brière.

Les régions de Québec et de Charlevoix sont intimement liées, et les touristes ont l’embarras du choix pour découvrir leurs paysages époustouflants en train touristique, navette ou croisières. Les longues distances à parcourir exigent néanmoins une collaboration de tous les instants entre les deux régions afin d’attirer la clientèle internationale. Les organisations touristiques bénéficieront des connaissances scientifiques issues de la chaire, sans compter la formation prévue de nombreux experts sur le campus.

« Dans un contexte concurrentiel, le gouvernement du Québec croit nécessaire de développer des outils et des approches innovantes afin d’assurer l’avenir de cette industrie prometteuse pour l’économie. Je me réjouis donc de la création de cette chaire qui aura assurément des retombées positives pour l’ensemble de la région de la Capitale-Nationale », a indiqué le ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Sam Hamad.

« L’instauration d’un secrétariat de la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme aux Éboulements, secteur Saint-Joseph-de-la-Rive, confirme que Charlevoix est un joueur majeur dans l’industrie touristique au Québec. L’expertise et l’expérience sur le terrain développées par les entrepreneurs et les intervenants charlevoisiens profiteront aux travaux de l’Université Laval, et à l’ensemble de l’industrie touristique », a mentionné la députée de Charlevoix-Côte-de-Beaupré, Caroline Simard.

« La collaboration avec une université aussi prestigieuse que l’Université Laval entrevoit pour notre organisation un gain des plus appréciables en matière de connaissances stratégiques. D’autant plus qu’elle prendra racine ici, à Saint-Joseph-de-la-Rive, qui représente un lieu de rencontre historique majeur pour la région de Charlevoix. L’ensemble des travaux qui émaneront de la Chaire sera certainement mis à profit dans l’élaboration de nos stratégies de mise en marché et de développement de l’offre touristique », a souligné pour sa part le président du conseil d’administration de Tourisme Charlevoix, Éric Desgagnés.

La Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix) regroupe de nombreux partenaires privés et publics, dont Tourisme Charlevoix, l’Office du tourisme de Québec, Complexe Capitale Hélicoptère, Fairmont Le Château Frontenac, la Forêt Montmorency-Université Laval, Groupe le Massif, le Musée maritime de Charlevoix, le Port de Québec, le Secrétariat de la Capitale-Nationale, la Société des établissements de plein air du Québec et la Société du Centre des congrès de Québec.

Pour en savoir plus sur la Chaire de recherche en partenariat sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix)


À propos de l’Université Laval

Située à Québec, ville du patrimoine mondial, l’Université Laval est la première université francophone d’Amérique du Nord. Elle fait partie du peloton de tête des 50 plus importantes universités de recherche au Canada, se classant au 8e rang avec des fonds de plus de 300 millions de dollars alloués à la recherche l’an dernier. L’Université Laval compte plus de 3 200 professeurs, chargés de cours et autres membres du personnel enseignant qui partagent leur savoir avec quelque 48 000 étudiants dont plus de 13 000 sont inscrits aux cycles supérieurs.

-30-

Source :

Samuel Auger
Relations médias
Direction des communications
Université Laval
418 656-3952
samuel.auger@dc.ulaval.ca

Photo

Samuel Gagnon, étudiant à la maîtrise en sciences géographiques, a remporté le prix du public au concours Ma thèse en 180 secondes

14 mai 2015

Samuel Gagnon a obtenu son prix pour la présentation de son mémoire dont le sujet est « La mesure des gaz à effet de serre émis par le pergélisol par l’utilisation d’un nouveau système automatisé de chambre fermée ».

La Faculté des études supérieures et postdoctorales a tenu la finale lavalloise du concours « Ma thèse en 180 secondes » le 23 avril 2015, de 10 h à 14 h, à l’auditorium Jean-Paul-Tardif, du pavillon La Laurentienne. Le gagnant du niveau doctorat représentera l’Université Laval lors de la grande finale qui aura lieu dans le cadre du 83e Congrès de l’Acfas (Association francophone pour le savoir), le 27 mai 2015 à l’Université du Québec à Rimouski.

Très populaire dans les universités à travers le monde, « Ma thèse en 180 secondes » est un concours d’éloquence qui permet aux étudiants de cycles supérieurs de démontrer leurs aptitudes de communicateur et de vulgarisateur scientifique. Des finalistes sélectionnés par leur faculté doivent faire un exposé clair, concis et convaincant sur leur projet de recherche, en un maximum de trois minutes. Pour accompagner leur exposé, ils auront seulement droit à une diapositive PowerPoint.

Photo

Les célèbres huîtres du... mont Bélair?

14 mai 2015

«Quand j'étais plus jeune, nous allions camper au lac Bonhomme, dans la montagne de Val-Bélair. Le soir, on se creusait un trou dans le bois pour faire un feu, et je me souviens qu'on a déjà trouvé des coquillages par centaines, ce qui m'avait énormément surpris. Nous avons d'abord pensé que quelqu'un avait mangé des huîtres à cet endroit-là, mais après avoir examiné attentivement les coquillages, nous avons conclu qu'il ne s'agissait pas d'huîtres. En fait, c'était comme si nous avions creusé notre trou dans un fond marin. Comment l'expliquer?» demande Yvon Racine, de L'Ancienne-Lorette.

Najat Bhiry, professeure du Département de géographie de l'Université Laval et spécialiste des sédiments de la vallée du Saint-Laurent et du Grand Nord, est invitée par le journaliste Jean-François Cliche du journal Le Soleil à se prononcer sur cette question. Elle voit essentiellement trois hypothèses pour expliquer cette découverte de coquillages.

Photographie : PHOTOTHÈQUE LE SOLEIL
Photo

La Californie à sec : Exporter l'eau du Canada vers le Sud?

07 mai 2015

De mémoire de scientifique la Californie n'a jamais été soumise à une telle sécheresse. La soif des Américains pourrait-elle ramener l'idée des grands projets d'exportation en vrac de l'eau canadienne vers le sud?
Pour discuter de cette question, Frédéric Lasserre était l'invité de Yanick Villedieu à l'émission Les années lumière de Radio-Canada, le dimanche 3 mai.

Audio fil: La Californie à sec : Exporter l'eau du Canada vers le Sud?
En complément: La Californie manque d'eau

Photo

La Forêt Montmorency, un site pour l’innovation de produits touristiques durables

05 mai 2015

Pour célébrer son 50e anniversaire, la forêt Montmorency voit encore sa superficie s'étendre pour devenir la plus grande forêt d'enseignement et de recherche au monde. Les chercheurs Robert Beauregard et Hugues Sansregret nous présentent ce haut lieu de la connaissance forestière à l'émission Les années lumières de Radio-Canada.

Audio fil: Un labo de 412 km carrés : La forêt Montmorency a 50 ans
En complément: Le concours L'arbre de l'année
Forêt Montmorency: www.ffgg.ulaval.ca/foret-montmorency
Photo: Radio-Canada/Mathieu Arsenault