Actualités

Photo

Qui habite le Vieux-Québec?

28 octobre 2015

À qui appartiennent les condos dans le Vieux-Québec? Étienne Berthold s'est entretenu sur cette question avec Nicolas Vigneault à l'émission Première Heure, mardi le 27 octobre. Ce spécialiste des questions de patrimoine présente une étude à ce sujet au Morrin Center ce mercredi 28 octobre à 19h. 

AUDIO FIL : Portrait du Vieux-Québec

PHOTO © Radio-Canada

Photo

Vieux-Québec : le mythe du spéculateur américain mis à mal

27 octobre 2015

Selon une étude d'Étienne Berthold et Guy Mercier du département de géographie de l'Université Laval, à peine 2 % des propriétés inhabitées du quartier appartiennent à des Américains.
Les détails de la recherche de Messieurs Berthold et Mercier seront dévoilés mercredi à 19h lors d'une conférence au Morrin Centre.

Photo

Trois conférenciers du département au programme de la JOURNÉE SIG du 16 novembre prochain

26 octobre 2015

Les présentations des professeurs Patrick Lajeunesse et Martin simard, ainsi que du professionel de recherche Benoît Lalonde porteront sur le thème de l'expérience géospatiale.

Résumés des conférences

Découvrir la géomorphologie des fonds marins et lacustres grâce à la bathymétrie multifaisceaux
Patrick Lajeunesse, professeur, Département de géographie, Université Laval

Les échosondeurs multifaisceaux constituent des outils de pointe qui permettent de cartographier en trois dimensions les fonds marins à très haute précision et résolution, révélant ainsi des reliefs et paysages subaquatiques jusqu'à ce jour inconnus. Leur utilisation de plus en plus fréquente, facilitée par leur capacité à être déployés à partir de différents types de navires et embarcations, a aujourd'hui un impact considérable et grandissant sur le développement des connaissances à propos des changements environnementaux et des processus géomorphologiques s'opérant à court et long terme sur les marges continentales et les lacs. Cette méthode, jointe à la sismostratigraphie, à l'échantillonnage de sédiments et aux levés LiDAR aéroportés et terrestres, permet de mieux comprendre l'évolution géologique et géomorphologique des milieux côtiers, marins et lacustres. Dans le Laboratoire de géosciences marines de l'Université Laval, ces techniques sont donc utilisées pour : 1) reconstituer l'histoire et la paléoglaciologie des glaciers, calottes glaciaires et inlandsis dont les marges se terminent en milieu marin ou lacustre; 2) analyser les dépôts de mouvements de masse subaquatiques ainsi que leurs enregistrements de la paléosismicité; et 3) les processus sédimentaires et géomorphologiques côtiers et marins relatifs aux changements climatiques, à l'érosion des berges, aux catastrophes naturelles, aux variations du niveau marin relatif, etc.

Élaboration d'un atlas interactif en ligne de la vulnérabilité de la population québécoise aux aléas climatiques
Benoît Lalonde, professionnel de recherche, Département de géographie, Université Laval

L'augmentation de la fréquence et de l'intensité des évènements climatiques extrêmes causés par les changements climatiques accentue la menace qui pèse sur la population. Or, la vulnérabilité de la population à ces aléas varie dans le temps comme dans l'espace, faisant en sorte que certains groupes sont plus à risque. Les municipalités ont à faire face aux conséquences associées aux changements climatiques. Ne disposant généralement pas des ressources matérielles et humaines pour effectuer l'analyse géographique des vulnérabilités aux aléas climatiques, elles sont passablement démunies devant cette menace. L'objectif du projet est de développer un atlas interactif en ligne fournissant des informations sur la distribution géographique de la vulnérabilité de la population aux aléas climatiques à l'intention de professionnels de municipalités et de MRC du Québec méridional. Dans un premier temps, une revue de littérature exhaustive sera effectuée afin de déterminer quelles variables et quelles méthodes d'analyse sont utilisées dans la construction d'indices lors d'études portant sur l'évaluation de la vulnérabilité à la survenue de vagues de chaleur, aux inondations et à l'érosion des berges. À l'aide de plusieurs bases de données provenant de diverses sources, différentes dimensions de la vulnérabilité seront estimées: la capacité de la population à répondre à un évènement, la sensibilité, l'accès aux ressources de même que les niveaux d'exposition. L'élaboration de l'atlas s'appuiera sur une analyse des besoins des utilisateurs potentiels, qui seront ciblés par la tenue d'une enquête. Les informations géographiques issues des différents traitements statistiques seront cartographiées et diffusées à l'aide du logiciel Open Source MapServer.

Utilisation des SIG pour l'étude des grandes perturbations naturelles en forêt
Martin Simard, professeur, Département de géographie, Université Laval

Plusieurs biomes forestiers sont affectés par de grandes perturbations naturelles telles que les incendies de forêt et les épidémies d'insectes. Ces perturbations peuvent couvrir de très grandes étendues et durer de quelques semaines à plusieurs années, ce qui entraîne d'importantes conséquences écologiques et socioéconomiques. Cette présentation consistera en un aperçu des différentes approches et méthodes utilisées pour (1) cartographier l'étendue, la sévérité, la durée et la propagation des perturbations, (2) en comprendre les causes et les conséquences écologiques et (3) les gérer (avant, pendant et après) à l'aide de données géospatiales. Ces différents aspects seront illustrés avec des résultats de recherches dans la forêt boréale du Québec et la forêt subalpine des Rocheuses américaines (parc national de Yellowstone).


Les activités se tiendront le 16 novembre à l'Agora du pavillon Alphonse-Desjardins (atrium Jean-Guy-Paquet), de 11 h à 18 h.

Consultez le programme de la journée pour connaître l'horaire précis des activités

Photo

Contribution d'un étudiant à l'exposition La Malbaie - Mémoire retrouvée

26 octobre 2015

Alex Brassard, un étudiant de maîtrise au département de géographie, a participé à la rédaction des textes de l'exposition La Malbaie - Mémoire retrouvée, présentée à la bibliothèque Laure-Conan de La Malbaie jusqu'au 10 janvier 2016 .
La Société d’histoire de Charlevoix y propose une découverte inédite des quartiers du centre-ville de La Malbaie et de Pointe-au-Pic avec des photos anciennes étonnantes. 

Le journal Le Charlevoisien souligne la contribution de Alex Brassard à cet événement.

PHOTO TVC-VM - Télévision de Charlevoix

Photo

Marianne Taillefer obtient le prix de la meilleure moyenne au Baccalauréat en géographie à l'Université Laval

22 octobre 2015

Ce prix d'une valeur de 500$ lui a été décerné par la Société de Géographie de Québec pour l'année 2014-2015. La présidente de la SGQ, la professeure Nathalie Gravel, félicite Mme Taillefer pour la qualité du travail accompli et pour sa persévérance.

Profil de Marianne Taillefer

Plusieurs centres d’intérêts m’ont amené à visiter divers domaines d’études. Le tourisme, les études internationales, les langues, l’animation font partie des passions qui m’ont amené vers les études supérieures. La géographie a commencé pour moi bien avant d’entamer mon baccalauréat en géographie à l’Université Laval. J’ai toujours été très curieuse face au milieu qui nous entoure, son fonctionnement et particulièrement notre interaction avec ce dernier. Mon cheminement en géographie a davantage été teinté par la géographie physique et l’étude de l’environnement naturel. J’ai eu la chance de rencontrer des professeurs passionnés et stimulants qui mont amener à découvrir ma propre passion : le milieu nordique. J’ai eu l’opportunité pendant mes études d’intégrer une équipe de recherche, en tant qu’assistante de recherche. J’ai ainsi pu participer à la réalisation d’un projet de recherche scientifique sur la vulnérabilité des communautés Inuits du Nunavik aux changements climatiques, en regard au pergélisol en transition. Ce sujet a d’ailleurs fait l’objet de mon mémoire de baccalauréat, disponible à la bibliothèque de l’Université Laval.

Maintenant mon baccalauréat accompli, plusieurs projets m’interpellent. Je suis présentement impliquée dans une entreprise émergente d’agroforesterie, dans l’ouest canadien. Cette entreprise vise à offrir aux gens des produits qui poussent naturellement dans la forêt, sains, locaux et sans produits chimiques. Notamment, les champignons sauvages, les baies, les verdures printanières, etc.

Ma connaissance du milieu naturel ainsi que mes compétences en analyse de cartes et en orientation en forêt, acquises au cours de mes études et de mes expériences tant professionnelles que personnelles, me guident aujourd’hui dans la découverte des environnements présentant l’optimum de croissance pour ces produits forestiers.

Dans un avenir rapproché, je veux entreprendre des études graduées portant sur l’Arctique canadien, plus spécifiquement entourant l’étude du pergélisol en transition.

 

Photo

Les étudiants en première année du baccalauréat en géographie initiés aux travaux de terrain dans la région de Portneuf

08 octobre 2015

Du 5 au 9 octobre dernier, dans le cadre du cours Initiation à la méthodologie, les étudiants participent à plusieurs activités d'observation sur le terrain dans les régions de Portneuf et de Charlevoix.

Voici quelques photographies illustrant les excursions dans la région de Portneuf.


Observation de quelques phénomènes géologiques dans le lit de la rivière Sainte-Anne

 


Visite d’une usine de fabrication de charbon de bois

Initiation aux mécanismes de formation des tourbières sur le site de la tourbière de la Chute-Panet


Observation des traces laissées par les inondations de la rivière Sainte-Anne et de la digue construite pour les éviter


Les étudiants logeaient au Centre Vacances Lac Simon.

PHOTOS Marie-Hélène Vadersmissen.

Photo

La chaire de recherche en tourisme attire ses premiers étudiants

08 octobre 2015

La chaire de recherche en partenariat sur l’attractivité et l’innovation en tourisme de l’Université Laval, dont le secrétariat est à St-Joseph-de-la-Rive, accueille 45 étudiants en géographie du 1er cycle cette semaine. 

Ces étudiants du département de géographie de l'université Laval sont en visite dans la région de Charlevoix dans le cadre du cours Terrain et laboratoire en géographie

Sur le terrain, ils travailleront sur des idées de développement régional avec des directives données par 4 professeurs. Ceux à St-Joseph-de-la-Rive photographiaient des éléments du territoire mardi matin. Laurent Bourdeau, professeur en marketing, spécialiste en tourisme québécois et international et titulaire de la chaire, affirme que les travaux des élèves serviront à la chaire.

À Baie-St-Paul, d’autres étudiants se penchent sur la patrimonialisation de la ville et de ses bâtiments. La sédimentologie des lacs et la géomorphologie du parc des Grands-Jardins est au menu cette semaine pour les étudiants.

La visite des étudiants au baccalauréat sera annuelle, alors que ceux du 2e et 3e cycles viendront lors de diverses saisons. Le secrétariat de la chaire s’installera éventuellement dans un bâtiment du Parc des Navigateurs du Musée maritime de Charlevoix. À ce sujet, le nouveau directeur général du musée, André Simard, compte sur la Stratégie maritime du Québec pour attacher le financement d’ici le printemps.

Consultez l'article complet de Louis Vignola sur le site de CHOI FM Charlevoix

Photo

Les racines géographiques du vin

08 octobre 2015

Guy Dorval posera un regard «géographique» sur le vin et ses cépages lors d'une conférence qu'il présentera aux Midis du CIEQ.Fruit de la terre et du travail des hommes, le vin doit beaucoup à son terroir. De nombreuses civilisations anciennes et nouvelles ont tissé des liens très étroits avec ce breuvage. Certaines l'ont exalté et diffusé lors de leurs pérégrinations, alors que d'autres ont restreint sa consommations, voire l'ont interdit. Aujourd'hui à la fois objet de large consommation et produit de luxe, il poursuit son périple à travers le monde. 

Dans une conférence intitulée «Le vin et la viticulture au regard de la géographie», Guy Dorval, chargé d'enseignement au Département de géographie, vous invite à poser un regard «géographique» sur le vin et ses cépages. Selon lui, étudier cet alcool sous cet angle permet de faire un agréable tour historique et géographique du monde puisque la divine boisson possède de profondes racines géographiques. 

Cette conférence est présentée dans le cadre des Midis du Centre interuniversitaire d'études québécoises (CIEQ).

Jeudi 15 octobre, à 12h, au local 3244 du pavillon Charles-De Koninck. Entrée libre. Pour info: cieq.ca/activites.php?niv2=conferences&niv3=laval

Tiré du journal de la communauté universitaire, Le fil du 8 octobre 2015.

Photo

Des professeurs de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique se démarquent!

02 octobre 2015

Trois professeurs de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique ont obtenu différentes reconnaissances pour leurs accomplissements. Par leurs travaux, leur contribution et leur passion, ils ont chacun à leur façon fait rayonner nos secteurs.

M. Michel Beaudoin, professeur retraité du Département des sciences du bois et de la forêt nommé Professeur émérite de l’Université Laval, le jeudi 24 septembre 2015

Si l'Université offre le seul programme de baccalauréat coopératif en génie du bois au Québec, c'est grâce à lui. Pendant plus de trente ans, M. Michel Beaudoin a développé, puis dirigé ce programme. Sa passion pour le secteur forestier a aussi donné naissance à un important partenariat de recherche avec Forintek (maintenant FPInnovations). Comme si ce n'était pas assez, il a occupé différentes fonctions de gestion au sein de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique.

M. Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement ainsi que professeur au Département des sciences du bois et de la forêt nommé Ingénieur forestier de l’année par l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec, le jeudi 24 septembre 2015

Le titre d’Ingénieur forestier de l’année est décerné à un membre de l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec pour souligner sa contribution exceptionnelle au développement et à la promotion de la profession d’ingénieur forestier. Le ou la récipiendaire a accompli un acte méritoire remarquable dans les sphères d’activités de la profession au cours des 24 derniers mois. Cette année, l’Ordre a choisi de décerner le titre d’Ingénieur forestier de l’année à M. Éric Bauce, ing.f., Ph.D.

En novembre dernier, un groupe de chercheurs, incluant M. Bauce, a publié une découverte majeure pour la protection des forêts, soit la découverte d’un gène de résistance à la tordeuse des bourgeons de l’épinette dans le génome de l’épinette blanche. Cette découverte signifie qu’on pourrait créer des peuplements d’épinettes blanches présentant une moins grande vulnérabilité à la tordeuse. En mars dernier, M Bauce a reçu un doctorat honorifique en sciences et technologie de l’Université de Bordeaux afin de souligner sa contribution exceptionnelle à l’entomologie et son implication dans les campus durables. Le laboratoire d’entomologie de l’Université Laval dirigé par M. Bauce est le plus important centre de recherche sur l’alimentation des insectes en Amérique du Nord. M. Bauce a également un dossier de publications fort imposant : il est auteur ou coauteur de plus de 300 articles, dont près de 150 dans des journaux scientifiques avec comité de lecture.

Malgré son emploi du temps très chargé en tant que vice-recteur exécutif et au développement de l’Université Laval, M. Bauce a maintenu ses activités d’enseignement et de recherche. Il continue donc de contribuer à la formation de la relève à notre profession.

M. Michel Allard, professeur au Département de géographie récipiendaire la Médaille polaire décernée par le Gouverneur général du Canada, le 8 juillet 2015, à Whitehorse

M. Michel Allard, professeur au Département de géographie et chercheur au Centre d'études nordiques, est l'un des récipiendaires de la Médaille polaire décernée par le Gouverneur général du Canada. Remise pour la première fois cette année, cette distinction récompense les personnes qui ont accru de façon marquante la compréhension des communautés nordiques du Canada et de leurs habitants ou qui se sont employées à en faire la promotion. Depuis 1975, M. Michel Allard étudie les répercussions de la fonte du pergélisol sur l'environnement naturel et sur les infrastructures nordiques, au Nunavik et au Nunavut. Ses travaux ont aussi porté sur la vulnérabilité des communautés inuites du Nunavut au réchauffement climatique et sur l'élaboration de stratégies d'adaptation.

Encore une fois, félicitations à tous!

La direction de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique.