Actualités

Photo

Le drame humanitaire en Syrie

19 décembre 2016

Depuis le début du conflit en 2011, le bilan de la guerre en Syrie s'élève à plus de 300 000 morts tandis que plus de la moitié de la population syrienne a été déplacée. Plusieurs millions d'habitants se sont réfugiés dans les pays limitrophes dont le Liban, la Jordanie et la Turquie. Arnaud Decroix revient sur les conditions d'accueil de ces migrants en Turquie avec Danièle Bélanger, professeure au Département de géographie de l'Université Laval et spécialiste des migrations internationales.

Écoutez l'entrevue diffusée à l'émission Les samedis du monde du 17 décembre 2016 à Radio-Canada

La page des baladodiffusions de Radio-Canada

 

 

Photo

1ère édition de l'école internationale d'été dans Charlevoix

14 décembre 2016

Le département de géographie de l’Université Laval et la Chaire de recherche en partenariat sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix) sont heureux d'annoncer la 1ère édition de l'école internationale d'été dans Charlevoix.

Cette école d’été consiste en un cours intensif de 3 crédits, destiné aux étudiants de tous les cycles, qui se tiendra dans Charlevoix du dimanche 7 mai au vendredi 12 mai 2017, inclusivement. Pour les étudiant(e)s de 2e – 3e cycles la charge de travail sera plus importante et exigeante.

Titre du cours : Tourisme et terroir. Authenticité et innovation

Numéros de cours : GGR-4701 (1er cycle) et GGR-7701 (2e et 3e cycles)

Description : Le cours « Tourisme et terroir. Authenticité et Innovation » propose aux étudiants d’acquérir des fondements théoriques et pratiques sur l’apport du terroir dans l’attractivité des territoires touristiques et dans l'innovation en tourisme. À partir de l’analyse de plusieurs cas et de résultats de recherche, locaux et internationaux, des concepts tels que l’authenticité des produits du terroir, l’image touristique, l'innovation et les partenariats, les valeurs attribuées au terroir, les certifications, seront présentées.  Les défis associés au développement de produits touristiques prenant appui sur l’agriculture, les paysages et la gastronomie sont au centre des réflexions. En plus des chercheurs, les étudiants pourront côtoyer des producteurs, artisans, chefs, et acteurs de l’industrie touristique lors de visites d'entreprises agrotouristiques ou lors de la réalisation d'ateliers. Pour étudier ces phénomènes multiformes, les étudiants sont invités à s’approprier les écrits scientifiques en géographie, mais également en marketing, en sociologie et en économie.

Professeurs responsables :
Pascale Marcotte, Ph.D. (pascale.marcotte@ggr.ulaval.ca)
Laurent Bourdeau, Ph.D. (laurent.bourdeau@ggr.ulaval.ca)

Informations supplémentaires :

Photo

Capter le souffle de la toundra

01 décembre 2016

Des chercheurs ont mis au point un instrument inédit pour mesurer la production de GES par les sols des régions circumpolaires.
Une équipe du Centre d’études nordiques (CEN) a développé un système automatisé qui pourrait grandement faciliter les études sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) par les sols des régions circumpolaires. 

Lire la suite de cet l'article de Jean Hamann, Le Fil, Le journal de la communauté universitaire  1 décembre 2016

Photo: Samuel Gagnon
Les tests effectués par Samuel Gagnon dans la région de Salluit montrent que l'efficacité du système développé par les chercheurs du CEN s'approche de celle des systèmes commerciaux. En y apportant quelques améliorations, il pourrait faire le même travail pour une fraction du prix.

 

Photo

La Turquie des réfugiés

24 novembre 2016

Danièle Bélanger, professeure au Département de géographie, revient de Turquie, où elle a découvert la dure réalité des réfugiés syriens, coincés dans ce pays depuis plusieurs années.

Évoquer le sort des réfugiés syriens, c’est souvent penser à l’Europe et à ces foules bravant la Méditerranée sur des embarcations de fortune. Pourtant, seulement 10% des personnes fuyant la guerre civile syrienne se trouvent dans un pays de l’Union européenne. En fait, la Turquie constitue le premier pays d’accueil de ces personnes avec près de 2,8 millions de réfugiés recensés officiellement en octobre dernier. Danièle Bélanger, une géographe spécialisée dans les déplacements de populations, vient de visiter trois villes turques aux prises avec l’afflux de nombreux réfugiés. Pour ce voyage, elle a bénéficié de l’aide du Bureau de la recherche et de la création (BRC) ainsi que de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. Le but de ce séjour était de préparer une recherche pour mieux comprendre les services dont disposent les réfugiés.

Lire la suite de cet article de Pascale Guéricolas, Le Fil, Le journal de la communauté universitaire 24 novembre 2016

Photo: UN Photo / Mark Garten

Photo

Je suis DD en changements climatiques!

24 novembre 2016

Le Fil présente une série d'articles sur les 10 grandes actions en développement durable que vise l'Université Laval pour les trois prochaines années et qui guideront nos gestes collectifs et individuels. Cette semaine: la lutte aux changements climatiques.

Peut-être plus qu’ailleurs, la lutte contre les changements climatiques comporte un lot d’enjeux en Haïti. Pricette Dovonou-Vinagbe, doctorante en sciences géographiques, peut en témoigner.
Depuis 2013, cette Béninoise d’origine y a effectué trois voyages afin d’examiner la capacité du pays à combattre les changements climatiques. La chercheuse s’intéresse plus spécifiquement au bassin-versant de l’Artibonite, un lieu important de la production rizicole. Bien que les signes du changement climatique y soient évidents – problèmes de sécheresse et autres –, elle réalise que les habitants tardent à mettre en place des stratégies d’adaptation et d’atténuation. 

Lire la suite de cet article de Matthieu Dessureault, Le Fil, Le journal de la communauté universitaire 24 novembre 2016

Photo: Pricette Dovonou-Vinagbe
Depuis quelques années, la commune des Gonaïves, située dans le département de l'Artibonite en Haïti, fait face à de graves problèmes de sécheresse, se désole la chercheuse Pricette Dovonou-Vinagbe.

Photo

Pourquoi ont-ils choisi l’Université Laval?

24 novembre 2016

On parle de nous dans le journal de la communauté universitaire! On y présente une vidéo de nos étudiants qui témoignent de leurs études aux cycles supérieurs. Laboratoires à la fine pointe de la technologie, activités de recherche stimulantes et dynamisme de la ville de Québec comptent parmi les avantages énumérés par quelques étudiants aux cycles supérieurs de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique lorsqu’on leur a demandé leur point de vue sur leurs études et leur vie à Québec.

Originaires du Bénin, du Vietnam, de la France, de la Polynésie française et du Québec, ces étudiants de domaines différents, allant des sciences du bois aux sciences géographiques, vous présentent, dans une courte vidéo, leurs sources de motivation et leurs coups de coeur.

Visionnez la vidéo des étudiants aux cycles supérieurs de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique 

Photo

Trois étudiantes de la Faculté obtiennent la Bourse de leadership et développement durable

18 novembre 2016

Trois étudiantes de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique se sont méritées une bourse de leadership et développement durable de l'Université Laval 2016-2017. Grâce à ce programme de bourses, l'Université Laval désire soutenir pendant leurs études universitaires les étudiants talentueux démontrant des réalisations exceptionnelles dans l'un des six secteurs d’activité suivants: artistique, entrepreneurial, environnemental, scientifique, social/humanitaire ou sportif.  Ce programme de bourses s'adresse aux étudiants qui dépose une nouvelle demande d'admission dans un programme régulier (baccalauréat, maîtrise ou doctorat) de l'Université Laval.

José Elvire Djiongo Boukend, étudiante au doctorat en sciences forestières

Deux fois lauréate de la bourse de l’Excellence Féminine du ministère de l’Enseignement supérieur du Cameroun, son pays natal, Jose Elvire Djiongo Boukeng s’investit dans sa communauté et sensibilise les gens à la protection de l’environnement. Elle a créé l’Association des élèves agronomes de la Menoua en plus d’être la première femme à enseigner à l’École de Faune de Garoua. En 2014, Jose Elvire a prouvé ses qualités de leader et d’ingéniosité en mettant sur pied l’Association Camerounaise des Femmes Ingénieurs en Agriculture. Cette association a pour but d’aider les femmes des milieux ruraux en créant des activités génératrices de revenus. Après son doctorat en sciences forestières, elle souhaite relever un nouveau un défi : renforcer le rôle des femmes en environnement. Inspirante et reconnue par ses pairs pour son leadership, Jose Elvire est une scientifique engagée, tout en étant mère de trois jeunes enfants.

Alice Semnoun, étudiante au baccalauréat intégré en environnements naturels et aménagés

Alice Semnoun est une organisatrice hors pair faisant preuve d’une attitude toujours positive. Son plus grand succès à ce jour, est l’organisation, en 2015, de la Conference of Youth à Montréal, dans laquelle elle a joué deux rôles majeurs : la gestion de l’équipe de mobilisation répartie dans toute la province et l’organisation de la simulation étudiante de la Conférence de Paris sur le climat. Ces expériences lui ont valu une place de vice-présidente au Réseau Étudiant pour la Justice Environnementale au Québec. Mettant à profit ses cinq années d’études juridiques, dont une maîtrise en droit de l’environnement, elle est convaincue qu’elle peut réaliser de grands projets en développement durable. Réfléchie, passionnée et volontaire, Alice conjugue ses deux passions : le droit et l’environnement.

Noémie Jeffrey, étudiante au baccalauréat en génie géomatique

Dévouée et persévérante, Noémie Jeffrey est une passionnée d’athlétisme. Depuis 2012, elle participe à de nombreuses compétitions provinciales et nationales où elle se démarque. Elle a gagné plus d’une dizaine de médailles et s’est classée à deux reprises comme athlèterelève de son programme d’excellence d’athlétisme. Pour réaliser son rêve de gagner les Championnats canadiens extérieurs, elle s’entraîne intensivement avec le Club d’athlétisme du Rouge et Or de l’Université Laval. En plus d’améliorer ses performances, elle démontre sans cesse son leadership auprès des débutants. Elle adore les guider dans leurs techniques et les encourager. Son esprit d’équipe, son entregent, sa rigueur à l’entraînement ainsi que sa capacité à bien concilier sport et études font d’elle un exemple pour ses coéquipiers.

Répartition du montant des bourses

  • 1er cycle: 2 000$ par an (maximum de 3 ou 4 ans, selon la durée du baccalauréat).
  • 2e cycle: 5 000$ par an (maximum de 2 ans).
  • 3e cycle: 10 000$ par an (maximum de 3 ans).

Apprenez-en plus sur les Bourses de leadership et développement durable de l'Université Laval.

Crédit photo: Marc Robitaille

Photo

Sur l’éventuelle présence commerciale américaine à Cuba

17 novembre 2016

En 2015, plus de 160 000 Américains ont visité l’île de Cuba. Cette affluence soudaine s’explique par les assouplissements apportés par l’administration Obama à l’embargo américain. Cela dit, l’ouverture de commerces à restauration rapide américains n’est pas pour demain à La Havane. Selon Nathalie Gravel, il faut voir plus loin que la relation entre les deux pays pour parler de changement. «Il y a un autre acteur plus important que les États-Unis, c’est la Chine, qui place ses pions dans l’économie cubaine.»

Nathalie Gravel, Département de géographie
La Presse, 12 novembre

Ils ont dit... Le Fil, Le journal de la communauté universitaire 17 novembre 2016

Photo

Marianne Mathis, porte-parole de la Grande campagne UL.

17 novembre 2016

Qu’ont en commun la maison d’affinage des produits Migneron de Charlevoix et cette jeune entreprise trifluvienne d’aménagement du territoire? La Fierté UL.  Peu importe leur lieu de vie ou leur industrie, nos diplômés redonnent à leur alma mater pour que les prochaines générations bénéficient également d’une formation d’excellence.

Marianne Mathis est diplômée de la Maîtrise en sciences géographiques de l’Université Laval. Elle agit comme porte-parole de la Grande campagne de financement de la Fondation de l’Université Laval. Avec un associé géographe, elle a lancé la compagnie Géo’Graph Inc. qui œuvre dans le domaine du développement régional et qui offre des services en aménagement du territoire et en cartographie. Elle souhaite promouvoir l’approche propre à la discipline géographique, soit une approche d’ensemble, qui tient compte tant de l’humain que du milieu physique dans la prise de décision, pour favoriser un aménagement du territoire durable. « La géographie me permet de travailler avec les gens, ce qui constitue mon leitmotiv, et de trouver l’approche adéquate aux problèmes de développement en faisant preuve de créativité, tout en se basant sur une approche d’aménagement. J’envisage l’entreprise privée comme une grande aventure, avec beaucoup de défis, mais surtout, comme une opportunité inouïe de mettre en application des années d’apprentissages au service des collectivités rurales » mentionne-t-elle.

Elle participe à la Grande campagne en encourageant les diplômés de laisser en retour une empreinte durable en faisant un don à la Fondation de l’Université Laval.

Photo

École d’été 2017 : Tourisme et terroir. Authenticité et innovation

15 novembre 2016

Le département de géographie de l’Université Laval et la Chaire de recherche en partenariat sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix) sont heureux d'annoncer la première édition de l'école internationale d'été dans Charlevoix. Ce cours de 3 crédits sera offert dans Charlevoix du dimanche 7 mai au vendredi 12 mai 2017.

Cette école d’été consiste en un cours intensif, destiné tant aux étudiants de 1er cycle qu'aux étudiants de 2e et 3e cycles, équivalant à trois crédits, sur sept (6) jours (du dimanche 7 mai au vendredi 12 mai 2017, inclusivement). Pour les étudiant(e)s de 2e et 3e cycles, la charge de travail sera plus importante et exigeante.

Une rencontre d'information pour ce cours sera offerte le jeudi 1er décembre 2016 à 11h30. Une page d'information sera disponible sous peu sur le site internet de la Chaire.

Le cours « Tourisme et terroir. Authenticité et Innovation » propose aux étudiants d’acquérir des fondements théoriques et pratiques sur l’apport du terroir dans l’attractivité des territoires touristiques et dans l'innovation en tourisme. À partir de l’analyse de plusieurs cas et de résultats de recherche, locaux et internationaux, des concepts tels que l’authenticité des produits du terroir, l’image touristique, l'innovation et les partenariats, les valeurs attribuées au terroir, les certifications, seront présentées.  Les défis associés au développement de produits touristiques prenant appui sur l’agriculture, les paysages et la gastronomie sont au centre des réflexions. En plus des chercheurs, les étudiants pourront côtoyer des producteurs, artisans, chefs, et acteurs de l’industrie touristique lors de visites d'entreprises agrotouristiques ou lors de la réalisation d'ateliers. Pour étudier ces phénomènes multiformes, les étudiants sont invités à s’approprier les écrits scientifiques en géographie, mais également en marketing, en sociologie et en économie.

Les personnes intéressées peuvent contacter directement le directeur des études de premier cycle, M. Yves Brousseau (Yves.Brousseau@ggr.ulaval.ca).

CRÉDITS PHOTO : Pascal Arsenault, Tourisme Charlevoix.

Photo

Des visites guidées par nos chercheurs

08 novembre 2016

Des chercheurs de l'Université Laval présentent deux recommandations visant à encadrer l'octroi de permis de guide touristique à Québec
Par Brigitte Trudel

Comment s’assurer des modes de gestion des permis de guides touristiques? Dans sa quête des meilleures solutions pour l’industrie touristique, la Ville a notamment fait appel à la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme – Québec-Charlevoix.
Pour établir leurs recommandations, les chercheurs ont tablé sur un processus rigoureux et exhaustif comprenant une étude comparative des pratiques entourant la gestion des permis de guide dans le monde, l’analyse d’une trentaine de mémoires et la tenue de trois tables de discussion avec des partenaires de l’industrie.

Lire la suite de cet article, Le Fil, Le journal de la communauté universitaire 27 octobre 2016

Photo: Yves Hélie
Pour établir ses recommandations, la Chaire a réalisé une étude comparative des pratiques entourant la gestion des permis de guide dans le monde, l'analyse d'une trentaine de mémoires et la tenue de trois tables de discussion avec des partenaires de l'industrie.

Photo

Présentation des conclusions du rapport sur la réglementation et le permis de guide touristique

25 octobre 2016

Lundi 24 octobre 2016, Pascale Marcotte, responsable du comité scientifique de la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix), avec la collaboration de Laurent Bourdeau, titulaire de la Chaire, ont présenté les conclusions et les recommandations des études réalisées portant sur la règlementation et le permis de guide touristique à Québec.

C'est à l'Université Laval, que près de 100 personnes ont assisté à cette présentation en présence de Mme Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec et de M. André Roy, directeur général de l’Office du tourisme de Québec.

«Après avoir analysé la réglementation en vigueur et de nombreux mémoires, la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix) conclut à la nécessité de conserver le permis actuel de guide touristique, d’ajouter une accréditation (permis) pour les organisations offrant des visites guidées et de doter l’industrie touristique de Québec d’une table de concertation sur les guides touristiques.» Extrait du communiqué de presse.

Voir le communiqué de presse

Présentateurs - résultats de l'étude sur le permis de guides touristiques

Photo

Concours « À travers votre lentille : expérience étudiante à l’international! »

21 octobre 2016

Vous êtes un étudiant étranger à l’Université Laval? Vous avez envie de partager des moments mémorables de votre parcours d’intégration au Québec ou de mettre en lumière vos talents de photographe et de vidéaste?

Alors participez au concours annuel de photos et de vidéos À travers votre lentille : expérience étudiante à l’international! Plus de 600$ en prix à gagner!

Vous avez jusqu’au 6 novembre pour nous soumettre vos photos et vidéos.  

Les œuvres sélectionnées seront exposées les 22 et 23 novembre 2016 à l’Atrium du pavillon Charles-De Koninck et les 24 et 25 novembre 2016 à l’atrium Jean-Guy-Paquet du pavillon Alphonse-Desjardins, dans le cadre de la Semaine de l’éducation internationale.

Pour participer, inscrivez-vous sur le portail Contact Cosmopolite
https://www.contactcosmopolite.ulaval.ca/

Dans la section « Espace étudiant » accessible avec votre IDUL et votre NIP, cliquez sur « Concours photo et vidéo » puis « Étudiants internationaux ».

Pour toute question, contactez Valérie Marier par téléphone au 418 656-2131 poste 16741 ou par courriel à l’adresse valerie.marier@bve.ulaval.ca.

Photo

Sur la piste des ancêtres

07 octobre 2016

À la demande de l'Office du tourisme de Québec, la Chaire de recherche en partenariat sur l'attractivité et l'innovation en tourisme réalise un rapport sur le tourisme généalogique
Par Yvon Larose

«Il s’agit d’une quête très personnelle, qui transporte. Ceux qui vont en Europe ont fait des recherches. Ils se sont investis. Ils n’arrivent pas là par hasard. Ils trouvent parfois des traces tangibles, matérielles, comme la maison où l’ancêtre est né, ou l’église où il s’est marié. Le temps est compressé. Toucher du doigt ces édifices donne l’impression d’être au plus près de notre ancêtre. C’est très émouvant.»

L’expérience particulière dont parle la professeure Pascale Marcotte, du Département de géographie, un nombre grandissant de Québécois la vivent. «Le tourisme généalogique est relativement peu connu, soutient-elle, mais il est en train de devenir un phénomène social. Assez diffuse, cette forme de tourisme, sur laquelle il n’existe pas de statistiques précises, est encore peu étudiée par les chercheurs.»

Lire la suite de cet article, Le Fil, Le journal de la communauté universitaire 6 octobre 2016 

Photo: Lucie Provencher
Dans le parc des Ancêtres, sur l'île d'Orléans, un monument rend hommage à la mémoire des quelque 300 familles souches qui se sont établies sur l'île, au temps de la Nouvelle-France.

 

Photo

À la poursuite du rêve américain

06 octobre 2016

La géographe Danièle Bélanger a observé les déplacements des migrants latino-américains.
Par Pascale Guéricolas

Les images spectaculaires de familles traversant la Méditerranée sur de frêles esquifs ne disent pas tout de la réalité des migrants. Il existe aussi, dans les Amériques, des centaines de milliers de personnes qui prennent chaque année la direction du Nord. Elles fuient la violence et la pauvreté du Honduras, du Guatemala et du Salvador en espérant se rendre jusqu’aux États-Unis par les routes du Mexique. C’est à cette réalité que s’intéresse Danièle Bélanger, professeure au Département de géographie. Avec son étudiant au doctorat Guillermo Candiz et d’autres spécialistes de la question, elle vient de publier Rethinking Transit Migration, paru chez Palgrave (Grande-Bretagne).

Depuis deux ans, les chercheurs ont observé de près les routes mexicaines empruntées par ces migrants, qui mettent plusieurs semaines, plusieurs mois ou même des années à se rendre d’un bout à l’autre du pays. Un parcours qui n’a rien de linéaire et qui compte bien plus de serpents que d’échelles. Enlèvements, viols, extorsions de fonds, accidents ferroviaires, tous les migrants rencontrés pour les besoins de cette étude racontent l’extrême violence qu’ils ont eux-mêmes subie ou qu’on leur a rapportée. Plusieurs renoncent à parvenir aux États-Unis et s’établissent au Mexique.

Il faut dire que, pour les gangs de narcotrafiquants et autres bandits de grands chemins, ce flux continuel de voyageurs prêts à tout pour vivre le rêve américain constitue une véritable manne. «Beaucoup de migrants disposent de ressources transnationales, explique Danièle Bélanger. Ils ont souvent des amis ou de la famille aux États-Unis, que les kidnappeurs contactent pour demander une rançon. Sur la route, on ne sait jamais à quel endroit les enlèvements vont avoir lieu.» Sans parler des nombreux passeurs, les «coyotes», qui réclament 5000$ pour aider à traverser la frontière et qui ne tiennent pas toujours parole.

Au cours de leur étude, la géographe et ses collègues ont constaté que les migrants communiquent beaucoup sur les réseaux sociaux pour trouver les informations les plus à jour, susceptibles de garantir leur sécurité. Depuis peu, leur voyage se complique encore plus avec le renforcement de la sécurité à toutes les portes d’entrée mexicaines et des contrôles dans le pays. «La fermeture de la frontière sud ne freine pas le flux migratoire, mais elle favorise la croissance d’une véritable industrie de la sécurité, constate Guillermo Cadiz. Le Mexique dépense une fortune pour refouler les immigrants.»

Danièle Bélanger juge important de faire connaître la réalité de ceux qui fuient leur pays et de combattre les préjugés: «On valorise la mobilité de nos étudiants ou de certaines marchandises, tout en considérant les migrants comme de possibles terroristes. De plus en plus, la migration humaine devient un marqueur d’inégalité.» 

L'article est paru dans Le magazine Contact de l'édition automne 2016

Haut de page

Photo

Appel de conférence pour R à Québec 2017

05 octobre 2016

R à Québec 2017 est un colloque interdisciplinaire rassemblant chercheurs, étudiants, praticiens et professionnels des milieux académiques, gouvernementaux et industriels. À l’instar des conférences useR, ce premier colloque d’envergure au Québec dédié spécifiquement à l’utilisation de R favorisera le transfert d’expertise entre les disciplines, l’avancement des pratiques et, pour certains, le passage vers l’environnement R. La première journée sera consacrée à des ateliers de formation introductifs et avancés et la deuxième à des conférences. Le colloque aura lieu les 25 et 26 mai 2017.

Le comité scientifique du Colloque recueille présentement des propositions de conférences touchant, entre autres, aux thèmes suivants :

  • statistiques descriptives
  • analyse et traitement de données
  • visualisation et graphiques
  • modélisation, optimisation et simulation
  • calcul haute performance
  • forage de données
  • applications en recherche, en enseignement ou dans les secteurs public ou privé

Dans une perspective d’interdisciplinarité, l’accent de la conférence doit porter sur l’utilisation de R. Les présentations se dérouleront en français et elles seront d’une durée de 20 minutes. Il est possible que les auteurs de propositions de conférences non retenues soient invités à présenter sous forme d’affiche. Les conférenciers devront s’inscrire et payer leurs frais d’inscription.

La date limite pour soumettre une présentation est le 15 janvier 2017.

Comité scientifique :

  • Alexandre Bureau – Département de médecine sociale et préventive, Université Laval
  • Anne-Sophie Charest – Département de mathématiques et statistique, Université Laval
  • Arnaud Droit – Département de médecine moléculaire, Université Laval
  • Vincent Goulet – École d’actuariat, Université Laval
  • Charles Fleury – Département de sociologie, Université Laval

Pour toute information sur l’appel de conférence, contactez Vincent Goulet (Vincent.Goulet@act.ulaval.ca). Pour toute autre information sur R à Québec 2017, contactez Natacha Fontaine (raquebec@ulaval.ca) ou visitez notre site web : http://raquebec.ulaval.ca.
 

Photo

Campagne Centraide à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique

23 septembre 2016

Nous pouvons changer des vies pour la vie…  c’est la mission que se donne Centraide en appuyant 219 organismes et projets communautaires d’ici. Ces organismes permettent de soutenir les personnes plus vulnérables de la société, mais également ceux et celles qui se retrouvent temporairement en situation de crise.

Au cours des prochains jours, des employés et étudiants de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG) prendront part à la campagne Centraide-Université Laval. En participant à la campagne, la contribution de chacun par un don pourrait avoir des retombées concrètes (soutenir la réussite des jeunes, briser l’isolement social, assurer l’essentiel). 

Il est possible de faire un don par déduction à la source.  C’est le moyen le plus facile et le plus efficace de donner!  Le reçu d’impôt apparaîtra automatiquement sur vos relevés de fin d’année (T4 et relevé 1) émis par l’employeur.

Il y aura également:

Cette année encore, la Forêt Montmorency est partenaire de la campagne Centraide de la FFGG. Tous les donateurs seront récompensés par la remise de billets de tirage pour un forfait à la Forêt Montmorency!

Merci de votre accueil envers nos ambassadeurs et merci de votre appui à Centraide.

Ambassadeurs: Sylvie St-Jacques, Pierre-Serge Tremblay, Valérie Cloutier, Guylaine St-Pierre, Isabelle Sévigny, Marie-Noël Gagnon

En savoir plus sur la campagne Centraide de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique et visualisez les témoignages vidéo.

En savoir plus sur la campagne Centraide de l'Université Laval

Photo

Les étudiants en biogéosciences de l’environnement sur le terrain dans les régions de Québec et de Bellechasse

22 septembre 2016

En juillet dernier, dans le cadre des cours Gestion intégrée des ressources et de l’espace I et II, les étudiants ont réalisé des travaux de terrain dans les régions de Québec et de Bellechasse.

  • Ils ont réalisé l'inventaire de deux milieux humides présents sur le territoire du Parc Technologique du Québec Métropolitain (PTQM) et ont produit une cartographie de ces deux milieux.
  • Ils ont aussi réalisé des inventaires de plantes aquatiques au lac Crève-Faim dans Bellechasse et ont cartographié les herbiers aquatiques présents sur ce plan d’eau. Ces résultats seront présentés par les étudiants en octobre prochain à la Table de concertation du lac Crève-Faim.

​Voici quelques photographies illustrant les travaux faits pour le PTQM

Terrain - Base de plein air de Sainte-Foy
Identification des plantes de milieux humides à la Base de plein air de Sainte-Foy, avec Martine Lapointe du département des sciences du bois et de la forêt.

Relevés de terrain - Étudiante

Relevés de terrain - Étudiant

Relevés effectués par les étudiants sur le terrain (végétation et sol)

Identification des plantes aquatiques au lac Crève-Faim, Bellechasse

Inventaire de plantes aquatiques
Identification et délimitation des zones d’herbiers aquatiques (plantes émergeantes, flottantes et submergées) et observation de la bande riveraine au lac Crève-Faim, Bellechasse

Photo

Hommage à Frédéric Back, amoureux de la nature

22 septembre 2016

L'Université a honoré la mémoire de Frédéric Back par la plantation de trois arbres sur le campus, ainsi que par l'installation d'une plaque commémorative.

Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, ainsi que des représentants de différentes unités et facultés ont procédé au dévoilement d’une plaque commémorative et à la plantation de trois arbres – un chêne, un bouleau et un mélèze – en mémoire du cinéaste et militant écologiste.

Frédéric Back a été artiste-peintre, illustrateur, muraliste et réalisateur de films d’animation.

Lire le texte de Mathieu Dessureault dans lefil.


Photo: de gauche à droite, Suzanne Leblanc, vice-doyenne de la Faculté d'aménagement, d'architecture, d'art et de design, Éric Bauce, vice-recteur exécutif et au développement, Stéphane Roche, vice-doyen de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, et Mathieu Gagnon, directeur du Service des résidences.
Crédits: Louise Leblanc

Photo

Un Atlas historique du Québec, pour mieux nous comprendre

16 septembre 2016

Ce reportage de la série Quoi de neuf les chercheurs? - Saison 2 auquel participe le professeur de géographie Marc St-Hilaire a été diffusé sur le Canal Savoir le lundi 19 septembre à 20h.

Avec la participation de :

  • Yvan Rousseau, co-directeur du CIEQ et professeur, Université du Québec à Trois-Rivières
  • Marc St-Hilaire, co-directeur du CIEQ et professeur, Université Laval
  • Marie-Ève Harton, Étudiante au doctorat, Université Laval

PRODUCTION : Fonds de recherche du Québec et Canal Savoir
ANNÉE DE PRODUCTION : 2016
DURÉE : 5 x 27 min

Visionnez ce segment en ligne dès maintenant.

Photo

3 questions à Nathalie Gravel sur la crise au Brésil

15 septembre 2016

Après treize années au pouvoir, le Parti des travailleurs du Brésil se retrouve dans l’opposition, à la suite de la destitution de la présidente, Dilma Rousseff, par le Sénat, le 31 août. Ce changement va transformer la gestion des finances publiques, car l’équipe de droite, désormais au pouvoir, a une façon bien différente de diriger le pays. Nathalie Gravel, professeure au Département de géographie, a vécu de près ces événements au cours d’un récent séjour de recherche à l’Institut forestier de São Paulo.

Comment définiriez-vous la crise actuelle: une crise d’abord économique ou politique?

Lire la suite de cet article, Le fil, le journal de la communauté universitaire 15 septembre 2016

Photo

La Soirée des étudiants internationaux de l'Université Laval - 1ère édition

15 septembre 2016

Au Grand Salon, le mardi 27 septembre prochain de 17 h à 21 h, se tiendra la première édition de la Soirée des étudiants internationaux de l'Université Laval.

La Fondation, le Bureau du recrutement (BRE), le Bureau de la vie étudiante (BVE), et le Service des résidences (SRES) de l’Université Laval joignent leurs forces pour cette première édition. Sous la forme d’un cocktail-réseautage grandiose, cet événement se veut une occasion unique de réunir les étudiants internationaux de l’Université Laval.

Consultez la page Facebook de l’événement.

Horaire

17h Volet réseautage
Service de bouchées, discours, jeux-réseautage, animation par Archy, prix de présence et autres surprises
(Des bouchées et une consommation incluse)

20h Volet spectacle
Prestations artistiques hautes en couleur et service de bar (argent comptant seulement)

Pour se procurer un billet :

En ligne: http://bit.ly/2b3VD0L

Sur le campus:

  • Au salon d'accueil des étudiants étrangers
    Local 2470, pavillon Desjardins-Pollack
  • Au Bureau de la vie étudiante
    Local 2344, pavillon Desjardins-Pollack
  • Au guichet de services du Service des résidences
    Local 1604, pavillon Alphonse-Marie-Parent

Coûts

  • 15 $ en prévente jusqu'au 23 septembre
  • 20 $ à la porte
  • Taxes incluses. Places limitées

Les associations étudiantes sont invitées à se procurer un lot de billets.
Un prix de participation est prévu pour récompenser l’association qui vendra le plus de billets.

Pour tout renseignement supplémentaire :

Eva Canac Marquis Dumas
Conseillère en communication – Médias sociaux
Téléphone : 418 656-2131, poste 4118
Courriel : eva.cm-dumas@ful.ulaval.ca

Photo

Le Québec sous-marin vu par l’étudiante Camille V. Lefebvre

12 septembre 2016

Pour bien des gens, le fleuve Saint-Laurent représente, sous sa vaste surface liquide, un milieu mystérieux et inhospitalier, austère et insolite, froid et vide. Pour d’autres, comme l’étudiante Camille V. Lefebvre, une adepte de la plongée sous-marine, il s’agit plutôt d’un monde fascinant à explorer, un territoire habité par une faune et une flore omniprésentes, diversifiées et multicolores.

Camille V. Lefebvre vient de déposer son mémoire de maîtrise en sciences géographiques. Sa recherche a porté sur les paysages sous-marins du Québec, en particulier sur le jardin des Escoumins. L’endroit est situé dans le Parc marin du Saguenay–Saint-Laurent, sur la Côte-Nord, dans la petite municipalité du même nom.

Le journal de la communauté universitaire a consacré un article à ce projet de recherche.

Lire l'article intégral du journal Le Fil, édition du 1er septembre 2016.

PHOTO : Une plongeuse examine la faune sous-marine des Escoumins, en particulier des anémones plumeuses.
Crédit photo: Michel Lafleur

Photo

Une équipe de géographes au congrès de l’Union géographique international (UGI) à Beijing (Chine)

12 septembre 2016

Du 21 au 26 aout, une équipe de géographes de l’Université Laval, la Ville de Québec, et l’Association canadienne des géographes (ACG) ont assisté au congrès de l’Union géographique international (UGI) à Beijing (Chine). Le congrès a réuni plus de 5000 géographes du monde entier travaillant dans plus de 40 différents domaines (commissions) de la géographie humaine, physique, éducation et santé.

En 2014 à Cracovie (Pologne), l’UGI a choisi de tenir sa conférence régionale de 2018 conjointement avec le Congrès annuel de l’Association canadienne des géographes au Centre des congrès de Québec. La conférence sera organisée autour du thème « Apprécier la différence ». Selon l’équipe lavaloise chargée de l’organisation de cet évènement, nous pouvons prévoir autour de 2500 géographes du monde entier chez nous en août 2018. Quelques jours avant la conférence de l’UGI, l’Université Laval, l’ACG, et La Société géographique royale du Canada accueilleront environ 300 jeunes géographes sur le campus de l’Université Laval pour l’Olympiade géographique internationale 2018 (International Geography Olympiad).

Pour plus d’information, suivez-nous sur notre site Internet : UGI2018.ULAVAL.CA

Sur la photographie, gauche à droite : Pascale Marcotte de l’Université Laval, Nathalie Nault du Cercle des Ambassadeurs de Québec, Matthew Hatvany de l’Université Laval, Lynn Moorman de La Société géographie royale du Canada, et Laurent Bourdeau de l’Université Laval.

Photo

Il est encore possible de faire une demande d'admission pour l'automne 2016

23 août 2016

L'admission à la session d'automne 2016 est encore possible jusqu'au 2 septembre 2016 dans plusieurs de nos programmes. Veuillez contacter rapidement l'agente de gestion des études selon le programme visé pour obtenir plus d’information et remplir le formulaire requis. Notez que les candidats admis tardivement pourraient avoir un délai dans l’ouverture de leur dossier et l’accès au contenu des cours sur internet.

AGENTES DE GESTION DES ÉTUDES

Mme Carmen Demers, agente de gestion des études, 1er cycle

Baccalauréats en environnements naturels et aménagés, aménagement et environnement forestiers, opérations forestières, génie du bois, génie géomatique, sciences géomatiques et certificat en développement durable.

Pavillon Abitibi-Price bureau 1250
carmen.demers@ffgg.ulaval.ca
418 656-3880

Mme Judith Giguère, agente de gestion des études, 1er-2e et 3e cycles

Programmes de 1er, 2e et 3e cycles en géographie, certificat en tourisme durable, maîtrise en biogéosciences de l'environnement et microprogramme de 2e cycle en changements climatiques.

Pavillon Abitibi-Price bureau 1250
Judith.giguere@ggr.ulaval.ca
418 656-2131 poste 4498

Mme Sophie-Anne Landry, agente de gestion des études, 2e et 3e cycles

Programmes de 2e et 3e cycles en sciences forestières, sciences du bois et sciences géomatiques et microprogramme de 2e cycle en géomatique.

Pavillon Abitibi-Price bureau 1250
sophie-anne.landry@ffgg.ulaval.ca
418 656-3680

 

Photo

Korem, une entreprise créée par un diplômé du baccalauréat en géographie toujours en avant de la vague!

14 juillet 2016

Cette entreprise de Québec, fondée par Sébastien Vachon en 1993, est spécialisée dans les technologies de géolocalisation et les solutions logicielles de traitement des données qui aident les entreprises à prendre des décisions stratégiques à partir de la cartographie.

Un géant du commerce de détail n'ouvrira pas une nouvelle succursale sans recourir aux données géospatiales pour identifier le meilleur emplacement. Elles sont aussi devenues un outil indispensable pour les compagnies d'assurances dans l'évaluation des risques.

«La géolocalisation fait maintenant partie de la vie des gens. Aujourd'hui, il est impensable de planifier un voyage, une randonnée en vélo ou même une ronde de golf sans y recourir», fait remarquer le président et fondateur de Korem, Sébastien Vachon.

Lire l'article complet du journal Le Soleil publié le 11 juillet 2016.

Photo

La cuisine comme vecteur d’innovation sociale

08 juillet 2016

Soeur Angèle était de passage à la Forêt Montmorency, le 5 juillet, pour donner un cours de cuisine à des participants du programme Jeunes en action.

Lire la suite de cet article, Le fil, le journal de la communauté universitaire 6 juillet 2016

Photo: Julie Moffet
Soeur Angèle, entourée des participants du programme Jeunes en action, de Hugues Sansregret, directeur de la Forêt Montmorency (à gauche), et d'Étienne Berthold, professeur au Département de géographie (deuxième à partir de la droite).

 

Photo

Mme Martine Lapointe, récipiendaire du prix Engagement facultaire de la FFGG!

08 juin 2016

Le prix Engagement facultaire de la FFGG a été remis à Mme Martine Lapointe, technicienne experte au Département des sciences du bois et de la forêt, le mercredi 8 juin dernier, lors d’un cocktail en présence des membres du personnel de la Faculté.

Cet honneur souligne son professionnalisme, ses réalisations, son enthousiasme à toujours relever de nouveaux défis, sa générosité et sa disponibilité pour l’ensemble de la communauté facultaire ainsi que son dévouement.

Photo

Mission dans l'Antarctique

03 juin 2016

Patrick Lajeunesse fait partie des 7 chercheurs de Takuvik qui prendront part à une expédition scientifique internationale, l'Antarctic Circumnavigation Expedition (ACE).

Il s'agit d'une initiative du Swiss Polar Institute, qui réunit pas moins de 22 projets de recherche. Marcel Babin, Louis Fortier, Patrick Lajeunesse, Maurice Levasseur, Jean-Eric Tremblay, Guillaume Massé et Philippe Archambault, qui ont reçu des subventions totalisant plus de 600 000$, pourront déployer le submersible scientifique Canadian ROPOS à plusieurs endroits stratégiques.

Lire l'article complet du journal Le Fil, édition du 2 juin 2016

PHOTO : Tvabutzku1234 [CC0], via Wikimedia Commons

Photo

Pourquoi pas une rue du Coureur-des-bois?

19 mai 2016

Dans la foulée d'un dossier sur la toponymie au Québec publié dans le «Devoir», les lecteurs se prononcent sur les toponymes à inscrire davantage dans le paysage québécois.

Dans une entrevue accordé à Fabien Deguise, la géographie Caroline Desbiens s'exprime sur les propositions des lecteurs.


Beaucoup plus de boulevards ou de rues Jacques-Parizeau, comme celle que Québec se prépare à lui attribuer. Beaucoup plus de rues Pierre-Bourgault, Benoît-Lacroix, Anne-Hébert, Madeleine-Parent ou Denys Arcand ?

Dans la foulée du dossier du Devoir sur les grands absents et la faible diversité de la toponymie du Québec (« 101, rue de l’Amnésie collective ») publié samedi dernier, des dizaines de lecteurs se sont prononcés, à notre invitation, sur les toponymes qu’ils rêveraient de voir un peu plus se multiplier dans leur environnement.

Une consultation, aucunement scientifique, qui expose beaucoup de figures masculines, quelques artistes, deux dates marquantes et une poignée d’étrangetés pas forcément dénuées d’intérêt.

« Comme la toponymie officielle, les propositions sont en grande partie composées de personnages masculins », constate la géographe Caroline Desbiens, professeure à l’Université Laval mais également membre de la Commission de toponymie du Québec.

Lire la suite de l'article, Le Devoir (14 mai 2016)

Photo

Les frontières de l’Arctique, source de conflits futurs?

17 mai 2016

Ce texte de Frédéric Lasserre, publié dans le journal Le Devoir du lundi 16 mai 2016, est en lien avec le dernier rendez-vous de la saison du « Devoir de débattre », coorganisé par Le Devoir, la Conférence des Juristes de l’État et les Musées de la civilisation. Le sujet du débat du mercredi 11 mai portait sur le thème de ce texte. 


Avec les impacts majeurs des changements climatiques, l’Arctique est redevenu un sujet d’actualité sur la scène politique canadienne. La fonte des glaces, en ouvrant possiblement l’accès à des routes maritimes stratégiques et à des ressources jusqu’ici peu exploitées, bouleversait un équilibre politique en fait largement hérité de la guerre froide.

Les changements climatiques, en rendant possibles (mais non pas inévitables) une exploitation accrue des ressources et un trafic maritime en expansion, ont contribué, avec l’augmentation spectaculaire des cours des matières premières jusqu’en 2014, à propulser l’Arctique dans la logique commerciale de la mondialisation. Ces enjeux économiques et stratégiques soulignaient l’importance de la définition des frontières dans la région : les différends opposant les États arctiques ont souvent été interprétés comme de potentielles bombes à retardement compte tenu de l’ampleur annoncée des réserves de ressources de la région et de l’importance stratégique prêtée aux routes arctiques.

Lire la suite de cet article Journal Le Devoir du lundi 16 mai 2016

PHOTO : Frédéric Lasserre, 2006.
 
Photo

Guy Mercier, nouveau doyen de la Faculté à partir du 1er juillet

05 mai 2016

C'est durant la séance ordinaire du 20 avril que les membres du Conseil d'administration ont nommé deux nouveaux doyens. Il s'agit de Guy Mercier, à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, et de Guillaume Pinson, à la Faculté des lettres et des sciences humaines. Tous deux sont professeurs titulaires, le premier au Département de géographie, le second au Département des littératures. Ils entreront en fonction le 1er juillet. Leur mandat prendra fin le 30 juin 2020.

Guy Mercier est un spécialiste d'histoire et d'épistémologie de la géographie. Sa faculté, il la connaît bien, pour avoir été directeur du Département de géographie de 2008 à 2015. «Durant cette période, je me suis rendu compte à quel point mes collègues en foresterie et en géomatique avaient de bons programmes de recherche et d'enseignement! Il y a un élément de camaraderie qui fait que j'ai envie de poursuivre la collaboration avec eux. Être doyen est aussi un moyen de servir l'Université, un milieu de travail stimulant qui a été très généreux avec moi depuis le début de ma carrière, il y a 25 ans.»

Son but: mobiliser les forces en sciences naturelles et en sciences sociales. Il entend aussi consolider l'image de la Faculté par rapport au développement durable. «Nous sommes tout à fait aptes à être des répondants de première ligne en ce qui concerne les grands enjeux du développement durable, dont la lutte aux changements climatiques. La Faculté a tout ce qu'il faut pour être un interlocuteur social fort, que ce soit auprès des partenaires de l'industrie, de la vie associative ou de l'État. Par nos actions, nos enseignements et nos recherches, on est capable d'aider à la compréhension des principes du développement durable.»

À l'instar de Guillaume Pinson, Guy Mercier conservera une charge de cours réduite et poursuivra des travaux de recherche. Avec d'autres chercheurs, il travaille à l'élaboration d'un atlas en ligne, destiné aux MRC et aux municipalités québécoises, visant à les aider dans l'adaptation aux changements climatiques.

Voir l'article complet du Fil - De nouveaux défis en vue

Photo

À l'ère de la micro-géoarchéologie

05 mai 2016

Un tout nouveau laboratoire vient renforcer l'infrastructure institutionnelle de recherche en archéologie. Yann Foury est inscrit à la maîtrise en sciences géographiques. Son mémoire porte sur un site archéologique du 18e siècle situé sur Dog Island, au Labrador. Le chantier est placé sous la responsabilité de Najat Bhiry, professeure au Département de géographie et directrice du Centre d'études nordiques (CEN). «Avec la professeure Bhiry, j'étudie les sols des dépotoirs de l'époque, explique l'étudiant. On a des dépôts successifs de déchets, comme des ossements ou des dents d'animaux, des matières végétales, des bouts de bois ou du sable. Tout est entremêlé.»
 
 
Photo: Yann Foury
L'observation, au microscope optique polarisant, de lames minces d'échantillons de sols prélevés sur le site de Dog Island, révèle des images d'une grande beauté grossies des dizaines de fois, qu'il s'agisse de grains de sable, de morceaux de bois ou d'aiguilles de conifères. À gauche, une racine, à droite, du bois à moitié brûlé.
 
 
 
Photo

Ces arbres qui jouent avec le feu

05 mai 2016

Martin Simard, professeur au département de géographie de l'Université Laval a été consulté pour répondre à la question de la semaine de la chronique SCIENCE du journaliste Jean-François Cliche dans le quotidien le Soleil du dimanche 1er mai 2016

 «En tant que "bûcheron du dimanche", j'ai remarqué deux phénomènes au sujet des arbres qui piquent ma curiosité. Le premier est qu'après avoir abattu certains arbres de moyenne grandeur, je constate quelques années plus tard qu'une multitude de repousses surgissent tout autour du tronc sectionné. Est-ce que c'est dû à la période de coupe (printemps, été ou automne) et est-ce que cela se produit seulement sur certains arbres à feuilles (bouleau blanc et érable rouge)? Par ailleurs, il arrive que des résineux morts restent debout et secs pendant des années, sans se décomposer. Même couchés, ils semblent prendre une éternité à pourrir. Pourquoi cette différence dans leur mort?» demande Jean-Marc Poulin, de Beauceville. »

Est-ce que toutes les essences d'arbre font ce genre de repousses, qui peuvent d'ailleurs être assez spectaculaires, après qu'on les eut coupées? La réponse est clairement «non», dit le biologiste et spécialiste de la forêt boréale Martin Simard, qui travaille au département de géographie de l'Université Laval. Il y a un assez bon nombre d'espèces qui le font - mais à des degrés divers et pour des raisons variables.

Lire la suite de cet article, le Soleil du dimanche 1er mai 2016

Photo: le Soleil Dimanche 1er mai 2016

Photo

Une diplômée de géographie développe son entreprise

03 mai 2016

Madame Pelletier, diplômée du département de géographie, détient un baccalauréat en géographie physique et environnementale et une maîtrise en géomorphologie. Son parcours professionnel l’a notamment amenée à travailler au Yukon afin d’entreprendre des études sur la détérioration du pergélisol (partie d’un sol gelé en permanence) pour le compte du Centre d’études nordiques (CEN).

C’est avec une grande fierté dans le regard que Madame Pelletier, présidente et directrice de l’entreprise Génidrone et citoyenne du Lac-Beauport, parle du potentiel de l’acquisition d’imageries aériennes et de vidéos par l’utilisation de drones. Elle souhaite faire découvrir à la population cet univers. Selon elle, « les gens ne sont pas encore conscients de tout le potentiel que cette technologie peut offrir ! »

C’est à ce moment que l’idée de combiner ses compétences en science à la technologie des drones a germé dans son esprit. Ses recherches exhaustives lui permirent donc de générer une méthodologie et un modèle d’élévation permettant de dresser un portrait aérien des affaissements dans le pergélisol.

La directrice de Génidrone a ensuite suivi une formation de pilotage professionnelle au Centre québécois de formation en aéronautique de Chicoutimi (CQFA). Elle se perfectionne d’ailleurs toujours grâce aux nouvelles formations régulièrement offertes par ce centre.

Services diversifiés

L’entreprise Génidrone offre de multiples services aux citoyens de la Capitale-Nationale mais également dans les MRC et les municipalités environnantes. Ceux-ci s’adressent autant aux particuliers qu’aux entreprises.

Acquisitions, cartographie, traitement géomatique, inspection et surveillance de sites ou de bâtiments et production visuelle sont tous des services offerts par Génidrone, par le biais de trois drones professionnels équipés de capteurs et de caméras très précises. Toutes les données recueillies peuvent finalement être analysées et traitées par l’équipe d’experts de Génidrone. Ceux-ci possèdent tous un créneau d’expertise personnel.

Parmi ses associés et collègues figurent Vincent Ricard, son conjoint, ingénieur forestier de formation, et André Verville, un spécialiste en géomatique détenant plus de trente ans d’expérience en arpentage et photogrammétrie.

Le slogan de Génidrone « Au-delà du perceptible » définit très bien la mission de l’entreprise. En effet, la détection de fuite de chaleur d’un bâtiment par le recours à une caméra thermique fixée à un drone, le calcul volumétrique de la quantité de matière retirée annuellement d’une carrière de pierre, ou l’évaluation de la santé d’une forêt par le biais d’une caméra spectrale, ne sont que quelques exemples concrets du potentiel d’action méconnu des drones.

Selon madame Pelletier, l’imagerie par drone se démarque sensiblement par rapport à la photographie aérienne par avion « parce qu’elle offre une résolution jusqu’à cinq fois supérieure à celle-ci, à un prix beaucoup plus abordable ».

Vision

Maude Pelletier qui a fondé Génidrone le 28 février 2016, « un véritable cadeau pour la journée de sa fête », voit déjà loin pour son entreprise. En effet, elle souhaite notamment agrandir son équipe d’experts, acquérir de nouveaux drones et développer sa clientèle.

Questionnée à savoir quelles sont les qualités qui vont lui permettre de réussir en affaires, Maude Pelletier répond rapidement « la confiance en soi, la recherche et l’audace ! ».

L'Écho du Lac,  le 
Auteur : Édouard Dufour
PHOTO : Maude Pelletier, fondatrice de Génidrone, tenant un drone pouvant voler à une vitesse de 80 km à l’heure. Photographe : Édouard Dufour

Photo

La Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs récompense des étudiants du cours de Tourisme culturel

29 avril 2016

À la session Hiver 2016,  les étudiants du cours de Tourisme culturel ont été invités à élaborer un produit touristique à la fois culturel et généalogique.La Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs (CFQLMC), commanditaire du projet, récompensait trois travaux d’équipe parmi ceux présentés, et remettait un total de 500$ en bourses.

Après une compétition relevée, le premier prix a été attribué à un projet de festival généalogique, le second prix à un projet de mémorial franco-américain, et le troisième prix a été attribué à un projet de géocaching.

Bravo et merci à tous les étudiants d’avoir accepté de participer à ce projet, et un grand merci aux membres de la CFQLMC pour leur présence lors de la présentation des projets, et pour la remise des prix.


1e prix : Robert Trudel et André Dorval (représentants de la CFQLMC), Sara Bouaicha Dufresne, Denis Racine (représentant de la CFQLMC), Gabriel Landry, Christophe Savoie (absente de la photo, Marimay Loubier)


2e prix :  André Dorval et Robert Trudel (représentants de la CFQLMC), Pier-Ann Milliard, Marie-Ariel Lepage-Voyer, Denis Racine (représentant de la CFQLMC), Jean-François Allard


3e prix : André Dorval et Robert Trudel (représentants de la CFQLMC), Patrizia Scravaglieri, Marie-Sophie  Gérard, Denis Racine (représentant de la CFQLMC) (absents de la photo Maxim Bellante et Frédérique Campeau)

Photo

LA RELÈVE EN ACTION

28 avril 2016

Patricia Beauregard, étudiante à la maîtrise en sciences géographiques, a participé au programme Mentor offert à l’Université Laval. Ce programme donne la chance aux étudiants et aux entrepreneurs de l’Université de bénéficier d’un contact privilégié avec une personne ressource d’expérience.

Photo: Patricia Beauregard et son mentor Jean-Éric Turcotte

LA RELÈVE EN ACTION

Photo

Bilan de la première semaine de la philanthropie étudiante de la Faculté

15 avril 2016

Du 4 au 8 avril 2016, s’est tenue à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique (FFGG), la première semaine de la philanthropie étudiante de l’histoire de l’Université Laval. Le Cercle philanthropique de la FFGG, formé d’étudiantes et d’étudiants des trois départements de la Faculté, était fier d’avoir atteint ses objectifs pour l’an un de cette initiative.

Le mercredi 6 avril, au Pavillon Abitibi-Price, les occasions d’échanges sur la philanthropie se sont multipliées autour d’une collation et d’un café offerts gracieusement au kiosque philanthropie. Des produits de l’érable, reçus en don, ont été vendus et ont permis de constituer un fonds pour soutenir le développement de la philanthropie étudiante à la FFGG, dans le futur.

Des centaines d’étudiantes et d’étudiants ont été sensibilisés à la présence de la philanthropie dans le contexte d’enseignement et de recherche de la Faculté : acquisition de matériel de pointe, projets de recherche, fonds, etc.

Plus particulièrement touchés par l’importance de la philanthropie à la FFGG, 15 étudiantes et étudiants, ayant reçu récemment une bourse d’études, ont contacté plus de 300 donateurs pour leur dire MERCI! Cette activité de reconnaissance et de gratitude a permis à plusieurs diplômés, fidèles à leur alma mater, de saluer l’initiative et d’exprimer leur plaisir d’échanger avec les étudiantes et étudiants de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique.

L’édition 2016 de cette activité philanthropique étudiante est un franc succès. Les membres dynamiques du Cercle philanthropique ont déjà en tête plusieurs idées à mettre de l’avant pour la semaine de la philanthropie étudiante 2017!

Photo

Entrevue avec l'auteur et géographe Henri Dorion

14 avril 2016

Dans le cadre du Salon du Livre, l’animatrice Marie-Louise Arsenault de l’émission radiophonique Plus on est de fous, plus on lit! s’est entretenue mercredi le 13 avril avec l’auteur et géographe Henri Dorion sur son livre Québec-Canada-Russie : 100 miroirs (sous la direction de : Henri Dorion Auteurs : Etienne Berthold, Henri Dorion, Ekaterina Isaeva, Anastasia Lomanika  Cartes et figures : Laboratoire de cartographie du Département de géographie, Université Laval, 2015). 

Diffusé sur les ondes de  Ici Radio-Canada

Presses de l'Université Laval (PUL)

 

Photo

Huit étudiants du département de géographie honorés lors de la cérémonie de remise des bourses et des prix de la Faculté

12 avril 2016

Plusieurs étudiant(e)s du Département de géographie ont été honorés lors de la cérémonie de remise des bourses et des prix de la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique qui a eu lieu le 17 mars 2016 :

  • Maxime Asselin, étudiant à la maîtrise en sciences géographiques (avec Martin Lavoie), Bourse d’excellence du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT) – MITACS en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, Tembec inc. et Barrette-Chapais ltée;
  • Patricia Beauregard, étudiante à la maîtrise en sciences géographiques (avec Martin Lavoie), Bourse Rodolphe-De-Koninck Géographie forestière du Fonds de recherche et de développement en foresterie;
  • Anne Cotton-Gagnon, étudiante au doctorat en sciences géographiques (avec Martin Simard), Bourse du Fonds Produits forestiers Résolu et bourse de leadership et développement durable de l’Université Laval;
  • Samuel Gagnon, étudiant au doctorat en sciences géographiques (avec Michel Allard), Bourse d’excellence du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies (FRQNT)
  • Sarah Gauthier, étudiante au baccalauréat en sciences géographiques, Prix Rayonnement de la Faculté ( Département de géographie);
  • Guillaume Haemmerli, étudiant à la maîtrise en sciences géographiques (avec Danièle Bélanger), Bourse d’excellence Joseph-Armand Bombardier du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH);
  • Marianne Taillefer, diplômée du baccalauréat en sciences géographiques, Bourse de la Société de géographie de Québec pour la meilleure moyenne au baccalauréat
  • Pierre-Louis Têtu, étudiant au doctorat en sciences géographiques (avec Frédéric Lasserre), Bourse d’excellence du Fonds de recherche du Québec – Société et culture (FRQSC)

 

Photo

Grâce à ses partenaires, la Faculté remet près de 400 000 $ en bourses à 75 étudiants

07 avril 2016

La Faculté était en fête le 17 mars dernier alors qu’avait lieu la cérémonie annuelle de remise des bourses et des prix de la Faculté. En plus du Prix Enseignement remis à Luc Bouthillier, le vice-recteur aux études et aux activités internationales, M. Bernard Garnier, et le doyen de la Faculté, M. Robert Beauregard, ont souligné le mérite de 75 étudiants de la Faculté qui sont repartis avec plus de 386 500 $ en bourses durant la soirée.

Le doyen a tenu à remercier tous les partenaires de la Faculté grâce à qui ces bourses ont pu être accordées. Les dons et les fonds créés par les donateurs permettent d’encourager l’excellence et l’engagement des étudiants aux trois cycles d’études et favorisent grandement leur persévérance. Le doyen a vivement salué l’arrivée de nouveaux donateurs, tous arpenteurs-géomètres, qui contribuent à des bourses en sciences géomatiques, dont messieurs Ted T. Katz et Robert Katz,  M. Marcel Cadoret du Groupe Cadoret et M. Robert Mathieu de la société Ecce Terra. Le don de messieurs Katz a d’ailleurs permis de créer le nouveau Fonds de bourse Ted-T.-Katz, ing., a.-g. et Robert-Katz, ing., a.-g. en sciences géomatiques.

Au cours de la cérémonie, trois finissants de premier cycle ont aussi reçu le prix Rayonnement de la Faculté pour leur participation remarquable à la vie étudiante, leur engagement dans leur futur milieu professionnel ou leur contribution significative à la promotion de leur domaine d’études auprès des jeunes ou du grand public. Les récipiendaires de chacun des trois départements de la Faculté sont :

  • Mme Sarah Gauthier, finissante au baccalauréat en géographie;
  • Mme Mathilde Routhier, finissante au baccalauréat en aménagement et environnement forestiers;
  • Mme Ève St-Pierre, finissante au baccalauréat en sciences géomatiques.

En cette année de Grande campagne de la Fondation de l’Université Laval, le doyen de la Faculté a rappelé à tous, étudiants, employés, diplômés, partenaires et amis de la FFGG, l’importance de contribuer aux différents fonds et projets de la Faculté. Parmi ceux-ci, mentionnons le projet de modernisation de la Forêt Montmorency intitulé « Vers une forêt intelligente », le Fonds de bourses en géographie, le Fonds de bourse Foresterie sans frontière et le Fonds Joncas. Riche d’une tradition plus que centenaire et de programmes uniques au Québec, la Faculté possède tous les atouts pour développer une grande culture philanthropique.

Pour information : ffgg@ffgg.ulaval.ca

Pour faire un don : http://www2.ulaval.ca/fondation/faire-un-don/

 

Photo

Les 50 ans d'actualités du journal Le fil

07 avril 2016

Avril 1974. 34 étudiants du Département de géographie partent pour l'ancienne URSS (Union des républiques socialistes soviétiques). Henri Dorion, alors professeur et directeur du Département, est le responsable de ce voyage de 14 jours, qui mènera les étudiants à la découverte des villes de Moscou, Vladimir, Tbilissi (Géorgie) et Erevan (Arménie). Au programme des visites, mentionnons l'Université de Moscou, les hauts plateaux volcaniques d'Arménie et la Géorgie intérieure «du pied du Grand Caucase jusqu'au seuil des marges subtropicales de la Transcaucasie». Ce stage était reconnu comme une activité pédagogique valant 3 crédits.

Photo: W.B. Edwards / Division de la gestion des documents administratifs et des archives

 Le fil 50 ans d'actualités!

 

Photo

Semaine de la philanthropie étudiante

04 avril 2016

La Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique tiendra une semaine de philanthropie étudiante du 4 au 8 avril, une première à l'Université Laval. Ce projet est l'initiative d'un petit groupe d'étudiantes et d'étudiants engagés dans le développement de la culture philanthropique à la faculté. Cette semaine vise à sensibiliser les étudiants à la présence de la philanthropie dans un contexte d'enseignement et de recherche et non à solliciter des dons.

L'activité permettra également de lancer un mouvement de reconnaissance des donateurs de la Faculté. La Fondation de l'Université Laval appuie cette initiative étudiante avec enthousiasme et espère qu'elle saura inspirer d'autres facultés dans l'avenir.

 

https://www.facebook.com/events/995329240503996/

http://www.lefil.ulaval.ca/articles/semaine-philanthropie-etudiante-38495.html

https://www.facebook.com/Cercle-philanthropique-FFGG-520824041430087/

Photo

Fonds des leaders de la FCI: Dermot Antoniades fait partie des chercheurs subventionnés

22 mars 2016

La Fondation canadienne de l'innovation (FCI) vient d'accorder une somme totalisant 1,3 M$ à 12 chercheurs de l'Université. Ces subventions, qui proviennent du Fonds des leaders John-R.-Evans, aident l'Université à recruter et à maintenir en poste les meilleurs chercheurs en leur procurant de l'équipement et des installations de pointe. Le gouvernement du Québec verse le même montant que celui accordé par la FCI. À ces sommes, s'ajoutent des contributions de l'Université et de partenaires, ce qui porte le total à près de 3 M$ pour les 12 projets.  
Les chercheurs subventionnés sont Clémence Belleannée, Nicolas Bisson, Élodie Boisselier, Lucie Germain, Iwona Rudkowska et Michel J. Tremblay, de la Faculté de Médecine, Christian Dupuis et Carl Guilmette, du Département de géologie et de génie géologique, Dermot Antoniades, du Département de géographie, Jean-Frédéric Morin, du Département de science politique, Wei Shi, du Département de génie électrique et de génie informatique, et Seyed Mohammad Taghavi, du Département de génie chimique.

La nouvelle est parue dans l'édition du 17 mars 2016 du Journal Le Fil.

Photo

Les défis et perspectives de la relève en tourisme: l'affaire de plusieurs générations!

04 mars 2016

La relève en tourisme a besoin d’être guidée, ce n’est un secret pour personne. Nous en avons eu la preuve lors de la conférence du 18 février dernier sur les défis et enjeux qui attendent la relève en tourisme. Une trentaine d’étudiants étaient attendus, mais c’est plutôt à 80 personnes que les trois conférenciers ont livré leurs secrets. Belle réussite pour cette activité présentée par la Chaire de recherche en partenariat sur l’attractivité et l’innovation en tourisme Québec-Charlevoix de l’Université Laval, et l’occasion d’une première collaboration avec TourismExpress La Relève!

En répondant tour à tour aux questions de l'animatrice, Isabelle Falardeau, les conférenciers invités, M. Luc-Nicole-Labrie, M. Louis Leclerc et M. Pierre Labrie, ont offert de précieux conseils aux membres de l’audience qui, pour la plupart, termineront bientôt leurs études et joindront les rangs de l’industrie touristique québécoise.


Lire le compte-rendu complet de Andréanne Goupil, Marie-Pierre Guy-Dorion et Isabelle Leduc sur TourismExpress, l'actualité de l'industrie touristique.

Crédit photo : Marie-Pierre Guy-Dorion, 2016.

Photo

Concours pour le nouveau logo de la Société de géographie de Québec

19 février 2016

La Société de géographie de Québec lance un concours pour l’élaboration de son nouveau logo et invite des gens créatifs et passionnés de géographie à soumettre leur réalisation à la SGQ (sgq@ggr.ulaval.ca) avant la mi-avril 2016. L’image devra être soumise en format .png et être accompagnée d’une brève biographie du participant par rapport à son intérêt envers la géographie. Un prix de 100$ sera remis à la personne dont le logo sera retenu. 

La SGQ est une association créée en 1877 qui diffuse les connaissances et la progression de la science géographique. Elle a pour mission d’offrir une plateforme d’échange en plus de promouvoir et développer l’apport géographique aux enjeux sociétaux, autant à l’échelle de la ville de Québec que sur le plan international. La SGQ s’implique notamment dans l’organisation de conférences et de colloques, dont le plus récent a été celui des Journées sur les sols vivants en novembre 2015.

La SGQ est impatiente de recevoir vos idées pour renouveler son logo à l’image de la géographie d’aujourd’hui!​

Nathalie Gravel, Ph.D.
Professeure agrégée
Présidente de la Société de Géographie de Québec
Département de géographie
Université Laval
Tél. (418) 656-2131 ext. 13018

Photo

Ce Nord, si loin, si proche

19 février 2016

Plus que jamais, les chercheurs scrutent le Nord pour prédire l’avenir: quand la banquise se transforme en immense boule de cristal. Parmi ces scientifiques, Michel Allard, professeur au Département de géographie et membre du CEN, fait la connaissance du Nord vers la fin des années 1970.

Consultez l'article complet du Magazine CONTACT- Université Laval
Photo : Heiko Wittenborn, ATR du Nunavik

 

 

 

 

 

Photo

Le parcours inspirant d'une diplômée à la maîtrise en sciences géographiques

16 février 2016

Aujourd’hui, la voie professorale n’est plus la seule avenue qui s’offre aux étudiants des cycles supérieurs. Certains diplômés, selon leur spécialisation, se retrouvent autant dans le secteur privé que public. D’autres voient dans leur projet de recherche un potentiel entrepreneurial. C’est le cas de Sonja Behmel, une doctorante qui a créé, avec des collègues, l’entreprise Watershed Monitoring. Cette jeune entreprise offre, entre autres, des services pour l’analyse de données sur la qualité et la gestion de l’eau ainsi que l’aménagement urbain.

« Durant mon baccalauréat, j’ai rencontré un professeur, Reinhard Pienitz, qui m’a proposé de faire une maîtrise et de travailler avec lui sur la qualité de l’eau des lacs. Nous avons réalisé un projet de recherche appliquée, en collaboration avec l’Association pour la protection du lac St-Charles et des marées du Nord (APEL), en créant un prototype d’une base de données spatio-temporelles sur la qualité de l’eau. »

Lire le témoignage de Sonja Behmel dans l'édition d'hiver 2016 du SPLA Magazine.

Photo

La géographe Danièle Bélanger a analysé les routes empruntées par les migrants à la poursuite du rêve américain

04 février 2016

Sur la route
Les images spectaculaires des flots de réfugiés Syriens traversant la Méditerranée sur de frêles esquifs ne disent pas tout de la réalité des migrants.Il existe aussi en Amérique des centaines de milliers de personnes qui prennent chaque année la route vers le Nord. Ils fuient la violence et la pauvreté du Honduras, du Guatemala et du Salvador en espérant se rendre jusqu'aux États-Unis, après avoir voyagé 3 000 kilomètres à travers le Mexique. C'est à cette réalité que s'intéresse Danièle Bélanger, professeure au Département de géographie. C'est une réalité qu'elle partage avec les étudiants dans des cours sur les migrations internationales et la mobilité. Avec Guillermo Candiz, son étudiant au doctorat, ainsi qu'avec d'autres chercheurs, elle vient aussi de publier Rethinking Transit Migration, paru chez Palgrave, une maison d'édition britannique.

Consultez l'article complet du journal de la communauté universitaire, Le fil du 4 février 2016.

Écoutez l’entrevue accordée par Danièle Bélanger à l’émission Le rendez-vous des Amériques et d’Haïti sur RFI, la radio française d’actualité, le 25 janvier 2016. NB. Son intervention s’entend de 9:18 à 12:54.


 

 

 

Photo

Un étudiant de la maîtrise en biogéosciences de l’environnement présente son programme au Burkina Faso.

19 janvier 2016

Aubin Noel Deyizoma Bayala, étudiant à la maîtrise en biogéosciences de l’environnement a présenté son expérience à l’Université Laval aux élèves de son ancien lycée Wend Manegda à Ouagadougou au Burkina Faso. Il a présenté à plus de 90 élèves de Terminale son parcours d’études, son expérience à la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique, les possibilités de bourses, les procédures d’inscription, le programme de maîtrise en biogéosciences de l’environnement, le certificat en développement durable et bien plus encore.

Nous vous invitons à lire son témoignage :

"Une mention spéciale aux cours d'été de la maîtrise en biogéosciences de l'environnement: meilleurs cours de ma carrière d'étudiant!"

Je me nomme Aubin Noel Bayala, originaire du Burkina Faso. Je suis à Québec depuis plus de 6 ans et ça passe très vite! J’ai d’abord entamé un baccalauréat en agronomie que j'ai terminé quelques années plus tard. Ensuite, je me suis inscrit à la maîtrise en  biogéosciences de l’environnement.

Originaire d’un pays tropical, composé d’une végétation de savane et d’un climat assez aride, l’environnement est un enjeu important pour mon pays. J’ai choisi ce programme, car j’aime tout ce qui se rapporte à l’environnement (développement durable, plantes, sols et animaux). C’est un programme d’avenir et surtout très utile pour les pays en voie de développement comme le mien. J’espère grâce au programme d’études supérieures en biogéosciences de l'environnement, acquérir assez de connaissances tant théoriques que pratiques dans le domaine de l’environnement. Apprendre comment le sauvegarder tout en utilisant de façon durable ses composantes. J’espère pouvoir apporter mon aide à des pays ou des régions en particulier à travers des organisations non gouvernementales (ONG) locales ou internationales et à travers des ministères ou tout organisme en lien avec l’environnement et le développement durable.

Une citation d'Anatole France dit : "On apprend sans doute des choses dans les livres, mais on apprend plus en voyant du pays." Mon séjour à Québec est avant tout un enrichissement sur le plan personnel. Au-delà de l'aspect professionnel, j'ai développé une plus grande ouverture d'esprit, une meilleure connaissance de l'Homme (et du Québécois bien sûr! :)). Des personnes qui sont (après avoir brisé la glace) des plus aimables et serviables. L'université offre beaucoup de soutien à ses étudiants. Un problème ou un souci? Il y a une personne ou un organisme ressource.

Mon programme est un des meilleurs que je connaisse à ce jour. Il offre une certaine liberté et flexibilité d'apprentissage. J’ai eu beaucoup de plaisir durant mes études. Les professeurs et responsables du programme sont toujours disponibles. Ils sont humains, car ils prennent le temps de t'écouter et de te comprendre. J’ai eu accès à un enseignement de qualité tout en étant diversifié. Une mention spéciale aux cours d'été, meilleurs cours de ma carrière d'étudiant. Une page ne serait pas assez suffisante pour décrire mon programme. Côté négatif? J’en cherche jusqu’à présent.

Photo

Patrimoine et innovation de produits touristiques : 3 bourses offertes dans le cadre du cours Tourisme culturel

18 janvier 2016

Dans le cadre du cours de Tourisme culturel (GGR-1052) offert à la session Hiver 2016 au département de géographie, les étudiants réaliseront des travaux portant sur la création de produits touristiques généalogiques. Ce travail se réalise en collaboration avec la Commission franco-québécoise sur les lieux de mémoire communs. L'organisation offrira 3 bourses, pour un montant de 500 $, aux équipes proposant les meilleurs projets. L’objectif de cette collaboration vise à créer de nouveaux produits et de nouvelles façons de faire connaître des lieux de mémoire québécois qui nous unissent aux racines historiques françaises. Ces lieux peuvent devenir des attraits touristiques pour les Québécois, mais aussi pour les touristes français, canadiens et américains qui partagent ces lieux et cette mémoire commune.

Acquérir des connaissances tout en les partageant avec les membres de la communauté, quoi de mieux !