Actualités

Photo

Présentation des conclusions du rapport sur la réglementation et le permis de guide touristique

25 octobre 2016

Lundi 24 octobre 2016, Pascale Marcotte, responsable du comité scientifique de la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix), avec la collaboration de Laurent Bourdeau, titulaire de la Chaire, ont présenté les conclusions et les recommandations des études réalisées portant sur la règlementation et le permis de guide touristique à Québec.

C'est à l'Université Laval, que près de 100 personnes ont assisté à cette présentation en présence de Mme Julie Lemieux, vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Québec et de M. André Roy, directeur général de l’Office du tourisme de Québec.

«Après avoir analysé la réglementation en vigueur et de nombreux mémoires, la Chaire de recherche sur l’attractivité et l’innovation en tourisme (Québec et Charlevoix) conclut à la nécessité de conserver le permis actuel de guide touristique, d’ajouter une accréditation (permis) pour les organisations offrant des visites guidées et de doter l’industrie touristique de Québec d’une table de concertation sur les guides touristiques.» Extrait du communiqué de presse.

Voir le communiqué de presse

Présentateurs - résultats de l'étude sur le permis de guides touristiques

Photo

Concours « À travers votre lentille : expérience étudiante à l’international! »

21 octobre 2016

Vous êtes un étudiant étranger à l’Université Laval? Vous avez envie de partager des moments mémorables de votre parcours d’intégration au Québec ou de mettre en lumière vos talents de photographe et de vidéaste?

Alors participez au concours annuel de photos et de vidéos À travers votre lentille : expérience étudiante à l’international! Plus de 600$ en prix à gagner!

Vous avez jusqu’au 6 novembre pour nous soumettre vos photos et vidéos.  

Les œuvres sélectionnées seront exposées les 22 et 23 novembre 2016 à l’Atrium du pavillon Charles-De Koninck et les 24 et 25 novembre 2016 à l’atrium Jean-Guy-Paquet du pavillon Alphonse-Desjardins, dans le cadre de la Semaine de l’éducation internationale.

Pour participer, inscrivez-vous sur le portail Contact Cosmopolite
https://www.contactcosmopolite.ulaval.ca/

Dans la section « Espace étudiant » accessible avec votre IDUL et votre NIP, cliquez sur « Concours photo et vidéo » puis « Étudiants internationaux ».

Pour toute question, contactez Valérie Marier par téléphone au 418 656-2131 poste 16741 ou par courriel à l’adresse valerie.marier@bve.ulaval.ca.

Photo

Sur la piste des ancêtres

07 octobre 2016

À la demande de l'Office du tourisme de Québec, la Chaire de recherche en partenariat sur l'attractivité et l'innovation en tourisme réalise un rapport sur le tourisme généalogique
Par Yvon Larose

«Il s’agit d’une quête très personnelle, qui transporte. Ceux qui vont en Europe ont fait des recherches. Ils se sont investis. Ils n’arrivent pas là par hasard. Ils trouvent parfois des traces tangibles, matérielles, comme la maison où l’ancêtre est né, ou l’église où il s’est marié. Le temps est compressé. Toucher du doigt ces édifices donne l’impression d’être au plus près de notre ancêtre. C’est très émouvant.»

L’expérience particulière dont parle la professeure Pascale Marcotte, du Département de géographie, un nombre grandissant de Québécois la vivent. «Le tourisme généalogique est relativement peu connu, soutient-elle, mais il est en train de devenir un phénomène social. Assez diffuse, cette forme de tourisme, sur laquelle il n’existe pas de statistiques précises, est encore peu étudiée par les chercheurs.»

Lire la suite de cet article, Le Fil, Le journal de la communauté universitaire 6 octobre 2016 

Photo: Lucie Provencher
Dans le parc des Ancêtres, sur l'île d'Orléans, un monument rend hommage à la mémoire des quelque 300 familles souches qui se sont établies sur l'île, au temps de la Nouvelle-France.

 

Photo

À la poursuite du rêve américain

06 octobre 2016

La géographe Danièle Bélanger a observé les déplacements des migrants latino-américains.
Par Pascale Guéricolas

Les images spectaculaires de familles traversant la Méditerranée sur de frêles esquifs ne disent pas tout de la réalité des migrants. Il existe aussi, dans les Amériques, des centaines de milliers de personnes qui prennent chaque année la direction du Nord. Elles fuient la violence et la pauvreté du Honduras, du Guatemala et du Salvador en espérant se rendre jusqu’aux États-Unis par les routes du Mexique. C’est à cette réalité que s’intéresse Danièle Bélanger, professeure au Département de géographie. Avec son étudiant au doctorat Guillermo Candiz et d’autres spécialistes de la question, elle vient de publier Rethinking Transit Migration, paru chez Palgrave (Grande-Bretagne).

Depuis deux ans, les chercheurs ont observé de près les routes mexicaines empruntées par ces migrants, qui mettent plusieurs semaines, plusieurs mois ou même des années à se rendre d’un bout à l’autre du pays. Un parcours qui n’a rien de linéaire et qui compte bien plus de serpents que d’échelles. Enlèvements, viols, extorsions de fonds, accidents ferroviaires, tous les migrants rencontrés pour les besoins de cette étude racontent l’extrême violence qu’ils ont eux-mêmes subie ou qu’on leur a rapportée. Plusieurs renoncent à parvenir aux États-Unis et s’établissent au Mexique.

Il faut dire que, pour les gangs de narcotrafiquants et autres bandits de grands chemins, ce flux continuel de voyageurs prêts à tout pour vivre le rêve américain constitue une véritable manne. «Beaucoup de migrants disposent de ressources transnationales, explique Danièle Bélanger. Ils ont souvent des amis ou de la famille aux États-Unis, que les kidnappeurs contactent pour demander une rançon. Sur la route, on ne sait jamais à quel endroit les enlèvements vont avoir lieu.» Sans parler des nombreux passeurs, les «coyotes», qui réclament 5000$ pour aider à traverser la frontière et qui ne tiennent pas toujours parole.

Au cours de leur étude, la géographe et ses collègues ont constaté que les migrants communiquent beaucoup sur les réseaux sociaux pour trouver les informations les plus à jour, susceptibles de garantir leur sécurité. Depuis peu, leur voyage se complique encore plus avec le renforcement de la sécurité à toutes les portes d’entrée mexicaines et des contrôles dans le pays. «La fermeture de la frontière sud ne freine pas le flux migratoire, mais elle favorise la croissance d’une véritable industrie de la sécurité, constate Guillermo Cadiz. Le Mexique dépense une fortune pour refouler les immigrants.»

Danièle Bélanger juge important de faire connaître la réalité de ceux qui fuient leur pays et de combattre les préjugés: «On valorise la mobilité de nos étudiants ou de certaines marchandises, tout en considérant les migrants comme de possibles terroristes. De plus en plus, la migration humaine devient un marqueur d’inégalité.» 

L'article est paru dans Le magazine Contact de l'édition automne 2016

Haut de page

Photo

Appel de conférence pour R à Québec 2017

05 octobre 2016

R à Québec 2017 est un colloque interdisciplinaire rassemblant chercheurs, étudiants, praticiens et professionnels des milieux académiques, gouvernementaux et industriels. À l’instar des conférences useR, ce premier colloque d’envergure au Québec dédié spécifiquement à l’utilisation de R favorisera le transfert d’expertise entre les disciplines, l’avancement des pratiques et, pour certains, le passage vers l’environnement R. La première journée sera consacrée à des ateliers de formation introductifs et avancés et la deuxième à des conférences. Le colloque aura lieu les 25 et 26 mai 2017.

Le comité scientifique du Colloque recueille présentement des propositions de conférences touchant, entre autres, aux thèmes suivants :

  • statistiques descriptives
  • analyse et traitement de données
  • visualisation et graphiques
  • modélisation, optimisation et simulation
  • calcul haute performance
  • forage de données
  • applications en recherche, en enseignement ou dans les secteurs public ou privé

Dans une perspective d’interdisciplinarité, l’accent de la conférence doit porter sur l’utilisation de R. Les présentations se dérouleront en français et elles seront d’une durée de 20 minutes. Il est possible que les auteurs de propositions de conférences non retenues soient invités à présenter sous forme d’affiche. Les conférenciers devront s’inscrire et payer leurs frais d’inscription.

La date limite pour soumettre une présentation est le 15 janvier 2017.

Comité scientifique :

  • Alexandre Bureau – Département de médecine sociale et préventive, Université Laval
  • Anne-Sophie Charest – Département de mathématiques et statistique, Université Laval
  • Arnaud Droit – Département de médecine moléculaire, Université Laval
  • Vincent Goulet – École d’actuariat, Université Laval
  • Charles Fleury – Département de sociologie, Université Laval

Pour toute information sur l’appel de conférence, contactez Vincent Goulet (Vincent.Goulet@act.ulaval.ca). Pour toute autre information sur R à Québec 2017, contactez Natacha Fontaine (raquebec@ulaval.ca) ou visitez notre site web : http://raquebec.ulaval.ca.