Actualités

Photo

Doctorat : Offre de thèse - Géomorphologie glaciaire/postglaciaire-Labrador (Canada)

28 septembre 2018

Nous recherchons un(e) candidat(e) dont la recherche alimentera l’axe 2 du projet ANR « Landscape and soilscape evolution: natural versus anthropogenic forcing recorded in pedo-sedimentary, peaty and lacustrine archives ». Au sein de cet axe, la géomorphologie, la géoarchéologie et la paléoécologie occupent une place centrale. Le projet doctoral que nous proposons concerne la géomorphologie glaciaire et postglaciaire de l'archipel de Nain au Labrador.

Responsable: Najat Bhiry (Najat.Bhiry@cen.ulaval.ca) et Dominique Todisco (Dominique.Todisco@univ-rouen.fr
Début: 15 juillet 2019
Date limite: 1er mai 2019
Pour plus d'information

PHOTO : South Aulatsivik Island, Labrador. Juillet 2018 (© Dominique Todisco)

Photo

De l’huile sur le feu?

20 septembre 2018

La récupération des arbres défoliés ou morts pendant une épidémie de la tordeuse pourrait accroître la vulnérabilité des forêts à cet insecte ravageur.

Récolter les arbres défoliés ou morts pendant une épidémie de la tordeuse des bourgeons de l’épinette peut sembler un moyen raisonnable de limiter les pertes occasionnées par cet insecte, mais cette pratique pourrait favoriser l’émergence de peuplements forestiers plus vulnérables à de nouvelles épidémies. C’est ce que suggère une étude publiée par une équipe de chercheurs, Anne Cotton-Gagnon et Martin Simard, de l’Université Laval, Louis De Grandpré, de l’UQAM, et Daniel Kneeshaw, du Service canadien des forêts.

Lire l’article complet de Jean Hamann du journal Le fil 

PHOTO : Martin Simard

Photo

Table ronde sur les enjeux environnementaux à l’heure des faits (Élections 2018)

20 septembre 2018

Des intervenants s’opposent au troisième lien lors d’une table ronde organisée à l’Université Laval et consacrée aux enjeux environnementaux de la campagne électorale.

Le troisième lien entre Québec et Lévis est «une chimère» vendue à la population par «les radios poubelles», estime Christian Simard, directeur général de Nature Québec. «C’est [le troisième lien] présenté comme une solution à la congestion, s’est-il étonné. C’est une folie en termes de fonds publics. Quand on met trois milliards $ sur une route, on l’enlève à autre chose.»

Raisonnement semblable du côté de la professeure Marie-Hélène Vandersmissen, directrice du département de géographie à l’Université Laval. D’après elle, un troisième lien donnerait «un court répit» aux automobilistes, mais la congestion routière reprendrait de plus belle «sur l’ensemble du réseau» au bout de quelques années.

De son côté, Jean Dubé, professeur à l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional, a déploré le fait que l’environnement soit «le parent pauvre des plateformes électorales».

Lire le compte-rendu complet de Taïeb Moalla sur TVA Nouvelles et sur le site web du Journal de Québec.

 

 

 

Photo

Le Centre d'études nordiques inaugure sa station de recherche à Kangiqsualujjuaq

19 septembre 2018

Sukuijarvik. Voilà le nom choisi par la population de Kangiqsualujjuaq pour désigner la station de recherche que le Centre d’études nordiques (CEN) a inaugurée le 5 septembre dans ce village du nord du Québec. Ce mot inuit, dont l’équivalent français est Place des sciences, est au diapason de la mission que la direction du CEN veut donner à ce lieu: une agora pour favoriser la rencontre, la collaboration et le partage entre la population du village et ses chercheurs.

Pour lire la suite, consultez ULaval nouvelles, Le Fil, le journal de la communauté universitaire

Photo: Christine Barnard

Photo

Inscrivez-vous aux retrouvailles 2018 de l'Université Laval

18 septembre 2018

Les Retrouvailles 2018 de l'Université Laval auront lieu le 20 octobre 2018 pour la Faculté de foresterie, de géographie et de géomatique. Un cocktail a lieu au Pavillon Gene-H.-Kruger, salle 2320-2330 à 17h30. C'est une belle occasion pour retrouver les anciens de votre cohorte, de réseauter et de passer une soirée agréable. Inscrivez-vous sans tarder.

Photo

Premier atlas Web de la vulnérabilité de la population québécoise aux aléas climatiques

17 septembre 2018

Une équipe de chercheurs et de chercheuses des Départements de géographie et sciences géomatiques de l’Université Laval, en collaboration avec Ouranos, lance aujourd’hui un atlas Web sur la vulnérabilité de la population québécoise aux aléas climatiques. Sous forme de cartographie Web, cet atlas facile d’utilisation est accessible au grand public. Il s’agit d’une première puisque très peu d’information et aucune cartographie sur le sujet ne sont actuellement disponibles pour l’ensemble du territoire québécois.

Initié à l’automne 2015, le projet de recherche qui a donné naissance à cet atlas avait pour objet d’étude la distribution géographique de la vulnérabilité de la population québécoise aux vagues de chaleur et aux aléas hydrométéorologiques.

À partir de données socioéconomiques, démographiques, caractérisant l’environnement bâti et l’accessibilité géographique à certains services, des indicateurs et indices permettant d’estimer la vulnérabilité aux vagues de chaleur et aux aléas hydrométéorologiques ont été calculés. Les résultats issus des analyses statistiques ont permis de réaliser une cartographie de la vulnérabilité à l’échelle de la portion habitée des aires de diffusion des municipalités québécoises.

L’ensemble des couches d’information géographique contenant les indices de vulnérabilité et les différentes variables constitutives ont été incorporées au sein d’applications Web destinées au grand public. Un site Web élaboré par l’équipe de recherche explique clairement ce que représentent ces cartes et l’usage que l’on peut en faire. Les données géographiques issues des analyses ont aussi été implémentées dans l’application Territoires du Ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT).

Site Web de l’atlas : www. atlasdelavulnerabilite.ca
Facebook: www.facebook.com/atlasdelavulnerabilite

Photo

Trois membres du Département de géographie ont reçu le Prix du président pour services exceptionnels rendus à l’Association canadienne des géographes (ACG)

12 septembre 2018

Les récipiendaires sont le professeur Matthew Hatvany, l’étudiante à la maitrise Marie-Pierre Guy-Dorion (vus ici avec Dan Shrubsole, président de l’ACG) ainsi que l'étudiant à la maitrise, Maxwell Bouchard (absent sur les photos). Ce prix récompense les membres de l'Association qui ont contribué de manière exceptionnelle à la mission de l'Association canadienne des géographes.

Les trois ont été reconnus pour leur rôle clé dans la direction, la planification et le financement de la plus grande conférence géographique de l'histoire du Canada. Cet événement a vu 43 pays et près de 300 participants s'affronter aux Olympiades internationales de géographie organisées sur le campus de l'Université Laval. Puis, au Centre des congrès de Québec, plus de 1 500 scientifiques de plus de 105 pays ont participé au Congrès de l’Union internationale de géographie - l’Association canadienne des géographes - le Conseil national de l’enseignement géographique. Huit séances plénières en géographie humaine, physique et éducation, près de 500 sessions, une centaine d’affiches et un soutien important de contributeurs tels que Google Earth Outreach, National Geographic, Jarkarto Cartographie 3D, K2 Geospatial, et plusieurs autres collaborateurs, ont fait de cet événement le plus grand rassemblement géographique de l'histoire du Québec et du Canada.

Lien internet : https://www.cag-acg.ca/prix-et-bourses

Photos : Martine Lapointe