Photo

Séminaire «Éthiques et données numériques en contexte autochtone»

20 septembre 2021 9 h 45 à 12 h 30

Lieu : Salle 2320-2330, pavillon Gene-H. Kruger

Affiche de l'événement (résumé et programme) (pdf)

La pandémie de Covid 19 a fortement ralenti les recherches de terrain effectuées dans le Nord, amenant les chercheurs à se tourner vers la production et l’analyse de données numériques. L’accélération de la numérisation du monde et l’usage amplifié des réseaux sociaux représentent une source exponentielle de données produites que les chercheurs sont amenés à analyser et mobiliser dans le cadre de leurs recherches. Toutefois cette multiplication et les progrès effectués par l’intelligence artificielle sont souvent plus rapides que la gestion éthique de ces phénomènes sociétaux. L’utilisation massive des réseaux sociaux et la production toujours plus importante de nouveaux contenus publiés librement sur internet par l’intermédiaire de ces réseaux n’est pas sans soulever certains enjeux concernant la nature de ces données et leurs possibles utilisations par des tiers, notamment pour la recherche comme le souligne Gilbert et al.(2020) explicitant les interrogations qui se posent. L’enjeu majeur est de savoir si les données générées à travers les réseaux sociaux sont des données textuelles ou s’il s’agit de données humaines appelant un cadre et un processus d’éthique de la recherche beaucoup plus poussé. Le fait que ces données soient en libre accès sans avoir besoin de mot de passe ne dispense pas de s’interroger sur leurs possibles utilisations, surtout que les utilisateurs des réseaux sociaux ont généralement accepté la publication de ces données par le biais d’une charte complexe souvent non lue. C’est alors la question du consentement qui se pose ainsi que de la confidentialité des données en recherche par le biais de l’anonymisation. Même si une anonymisation peut être pratiquée, celle-ci s’avère complexe lorsque les données internet sont facilement re-coupables, l’anonymisation totale pouvant s’avérer impossible (Gilbert et al., 2020).

Ce séminaire s’intéresse à ces questions éthiques que soulèvent l’utilisation des données numérique de recherche en milieux autochtones, notamment au regard des données issues des réseaux sociaux. Ce séminaire abordera des questionnements visant à établir un cadre de recherche pour l’exploitation des données numériques dans un contexte d’usage responsable. Ces données permettent-elles de pallier le manque d’informations lié à l’inaccessibilité du terrain? Comment assurer un traitement éthique de ces données pour la recherche, notamment pour un consentement éclairé des populations autochtones à la recherche?

Laine Chanteloup (Institut de Géographie et Durabilité, U. Lausanne, Suisse)
Najat Bhiry (CEN, INQ-ULaval, Québec)



Event poster (abstract and program) (pdf)

The Covid-19 pandemic has made it very difficult to conduct fieldwork in the North, which has led researchers to focus on digital data as an alternative. The increasing digitization of society and the growth of social networks provide a rich source of data for researchers. Nevertheless, the unique features of this fast-growing research area and the use of artificial intelligence in such research may not be adequately captured by our ethics guidelines. The sheer amount of content to be found on publicly accessible social networks has increased the opportunities for research, but has also presented many challenges. In particular, social media content may be used by third parties for research without the consent of those who posted it, as highlighted by Gilbert et al. (2020). It is essential to determine whether social media posts should be viewed as public texts or whether the data should be seen as a unique form of communication that requires specific and perhaps stricter ethical considerations. The fact that this form of digital information is freely accessible and does not require the use of a password demands that we carefully reflect on the proper use of this data. In particular, it is important to note that those who post content to social media networks may not be fully aware of the policy governing its online publication.

Respecting the right of participants in research to give free and informed consent is thus a key topic of concern. Respect for confidentiality is also an important consideration of research involving human subjects, which is usually managed through the use of anonymization.

However, even if anonymization strategies were adopted by researchers, total anonymity cannot be secured since it is often possible to find the data by means of an internet search (Gilbert et al., 2020).

This seminar focuses on ethical issues relating to research using digital sources of data in the context of indigenous communities, with a focus on social networks. This seminar will seek to establish best practices for conducting research involving digital data.

We will also consider whether and how this data can be used to supplement or as a substitute for field research (which has been restricted as a result of the pandemic). Finally, we will examine how this novel research can be used while at the same time respecting the right of members of indigenous communities to consent to such use.

Laine Chanteloup (Institut de Géographie et Durabilité, U. Lausanne, Switzerland)
Najat Bhiry (CEN, INQ-ULaval, Québec)

Informations supplémentaires :

Ce séminaire est offert en mode hybride (présentiel et virtuel).
Lien ZOOM pour la séance en virtuel : https://unil.zoom.us/j/91063796844

Photo
Retourner à la liste d'événements